Allaitement & alimentation, les choses à savoir

santeallaitement
© Kzenon - Fotolia

© Kzenon – Fotolia

S’il y a peu de recommandations spécifiques et que les qualités nutritives et la quantité produite de lait ne dépendent pas de ce que mange la maman, certains conseils peuvent être utiles.

 

Les aliments à goût fort

Choux, artichauts, asperges, curry… transmettent leurs arômes au lait maternel. Cela permet au bébé de tester de nouvelles saveurs et le prépare à la diversifi cation alimentaire.

Boire plus

Les besoins de la mère sont accrus d’environ 1 litre par jour. La quantité de boissons absorbée n’influence ni la quantité de lait ni sa
concentration. Boire suffisamment évitera la constipation chez la mère.

Le retour des fromages au lait cru

La grossesse terminée, les aliments évités en prévention de la listériose peuvent être à nouveau mis au menu comme les fromages au lait cru. D’autant que les besoins en calcium nécessitent la fréquence de 3 produits laitiers par jour.

Caféine et alcool, quelques précautions

Une partie de la caféine passe dans le lait maternel, il est préférable de boire son café ou son soda après
la tétée et pas plus de 3 tasses par jour. L’alcool passe aussi dans le lait, il est à éviter même si un verre occasionnel à distance de la tétée ne présente pas de risque particulier. Et, contrairement à une idée reçue, la bière ne favorise pas la lactation.

À éviter

Comme lors de la grossesse, les produits enrichis en phytostérols, réservés aux personnes ayant trop de cholestérol, sont déconseillés pendant l’allaitement car on ignore les conséquences de leur prise chez la mère et l’enfant.
Il en est de même des compléments alimentaires à base d’extraits de soja. Quant au jus de soja, tofu et desserts au soja, leur consommation est limitée à 1 par jour du fait de leur apport en phyto-estrogènes.

En cas de jumeaux ou de grossesses rapprochées

Dans le 1er cas, inutile de manger 2 fois plus, la quantité de lait produite dépend surtout de la demande et de la fréquence des tétées.
Dans le second cas, les réserves enfolates, fer et vitamine D de la mère peuvent être épuisées, les conseils d’un nutritionniste corrigeront les déficits.

Prévention des allergies

L’allaitement exclusif au sein pendant les 4 premiers mois est un moyen efficace de prévenir le risque d’allergie. L’exclusion d’aliments chez la mère ne diminue pas le risque pour l’enfant. Si le bébé est à risque (père, mère ou fratrie allergique), certains professionnels
recommanderont l’exclusion de l’arachide. (Nutrinews hebdo)

 

Favoriser la lactation

Ces aliments sont réputés pour soutenir la lactation : les lentilles, faciles à cuisiner en salade ou mijotées.
La coriandre, parmi ses nombreux atouts c’est un antioxydant. L’ortie blanche, est aussi un diurétique drainant, on peut la cuisiner comme des épinards. Le cumin, l’anis vert, le basilic, les carottes, le fenouil sauvage et la verveine… Mais contrairement aux idées reçues le lait de vache ne favorise en rien la lactation.