Anne Fahmy : de la commission européenne à la cuisine

© Julie Rey © Julie Rey

Ni Masterclass, ni Meilleur pâtissier. Pour mettre un terme à sa carrière de juriste – qu’elle adorait – et s’engager dans la cuisine, comme on s’engage en campagne, il a fallu à Anne une sacrée détermination, de l’audace, du courage… et du talent !

On pourrait croire que cette fille de magistrats a choisi le droit par facilité. Loin de là, dès son adolescence, Anne a une idée très précise de ce qu’elle veut faire : du droit européen. Elle a découvert cette filière en 3e alors que sa mère participait à la rédaction des droits de l’enfant pour la commission européenne. Dès lors, toutes ses études seront orientées vers cet objectif.

Son DESS en poche, la juriste fraîchement diplômée en droit européen de la concurrence entre chez France Télécom, avant de s’attaquer à la fusion GDF-Suez au milieu des années 2000 ; « Pendant un an, j’ai suivi le PDG pour négocier la fusion avec Suez à la Commission européenne, ça a été l’apogée de ma carrière ». Lobbying, négociation, diplomatie… Anne Fahmy est dans son élément. Et pourtant, c’est le moment précis où elle met un terme définitif à sa profession de juriste. « Jamais je ne pourrais revivre une telle expérience, conclut-elle fataliste, je n’en retire aucune frustration, la boucle était bouclée ». C’est son mari – qu’elle trouve tellement plus créatif qu’elle ! – qui l’entraîne dans sa nouvelle aventure. Ensemble, ces gourmets décident de lancer Foodavenue, un portail dédié à la gastronomie. 2007 est pour eux l’année du changement : un défi professionnel, leur arrivée à Bordeaux et la naissance de leur petit garçon ! Comme toujours, Anne s’engage à fond dans cette nouvelle entreprise et nourrit le site de centaines de recettes, astuces et bonnes adresses.

 

Mais ce n’est pas assez pour cette perfectionniste qui se met bientôt en tête de présenter un CAP de cuisine. Soutenue par son mari, alors qu’elle vient d’avoir un 2e bébé, elle se lance dans ce projet un peu fou : « Cette expérience reste gravée en moi, j’ai fait des rencontres humaines d’une grande richesse. Il y avait une très grosse cohésion dans notre groupe, malgré des âges et des parcours complètement différents ». De fait, Anne se retrouve dans un milieu qui est très différent du sien ; « l’univers en cuisine est très rude » souffle-t-elle. Après le bouillonnement du service, elle doit souvent marcher pendant une heure pour décompresser : « C’était encore plus intense que les négociations à la Commission européenne » plaisante-t-elle ! Le Scopitone, Gravelier… petites et grandes cuisines avec leurs aléas se succèdent dans son cursus, la poussant toujours plus loin dans sa reconversion professionnelle. Jusqu’à son CAP de pâtisserie qu’elle prépare en candidat libre et qu’elle vient de décrocher.

Cette histoire est aussi celle d’échanges, de coachings où l’on donne autant que l’on reçoit. Aujourd’hui, Anne se consacre aux cours qu’elle donne à domicile et chez Bulthaup : « Toujours dans une ambiance très conviviale » car ce qui compte pour elle, c’est avant tout la transmission. « Ouvrir un restaurant ? je n’en ai aucune envie » commente la cuisinière professionnelle. Car si Anne a eu la détermination, l’audace, le courage et le talent, c’est certainement aussi la générosité qui a guidé cette entreprise.

 

bio express

1973 : Naissance à Pau
1995 : DESS « Entreprises et droit communautaire »
2007 : Lancement du site foodavenue.fr – Naissance de son garçon 
2009 : Naissance de sa fille 
2010-13 : CAP Cuisine puis pâtisserie
2013-2014 : Cours de cuisine et pâtisserie à domicile et chez Bulthaup