Anniversaire ! La culotte à 100 ans

F1

Une vieille dame que l’on a, un temps, négligée au profit du string et qui revient comme l’accessoire mode incontournable. En 2018, la femme culottée est désirable et sophistiquée. Marie-Zélie Cupillard

Depuis un siècle, la culotte traverse les époques comme un marqueur sur l’évolution de l’autonomie des femmes. Tantôt perçue comme un moyen de protection de l’intimité, la quitter sera un symbole de liberté, la montrer de provocation, la retirer d’émancipation, la réintégrer comme une revendication…

La culotte, une innovation

Pendant des siècles, les femmes ne portaient pas de culotte. Elles étaient nues sous leur multitude de jupons ! Il faudra attendre le début du XIXe siècle pour que la culotte, même si elle est longue et fendue, gagne le statut de sous-vêtement féminin et soit portée par quelques femmes. En Angleterre, la culotte est réservée aux jeunes filles pendant leurs séances de gymnastique pour ne pas dévoiler leur intimité. C’est seulement sous le Second Empire que le port de la culotte devient obligatoire en raison de l’ampleur des crinolines, qui remontent plus que de raison. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la culotte est large, froncée à la taille avec une large ceinture boutonnée, ornée de volants ou de dentelles et toujours fendue. De plus en plus courte en suivant les modes (pour ne pas dépasser des jupes), la culotte se ferme enfin ! C’est en 1918 que Pierre Valton, dirigeant d’une entreprise de sous-vêtements, décide de couper la culotte telle qu’on la connaît aujourd’hui. Elle est très simple, en coton blanc et élastiquée à la taille. C’est la naissance de la culotte Petit Bateau. La révolution est en marche et la petite culotte s’impose à partir des années 20 ! Après l’invention du Lycra en 1959, l’industrie de la lingerie fait un grand bon. Mais en 1955, quand Marylin Monroe la dévoile au-dessus d’une bouche de métro dans « Sept ans de réflexion », qu’elle devient iconique.

La culotte accessoire mode

Les fesses, boudées par le monde de la mode jusqu’alors, reviennent en force avec la tendance des pantalons taille haute qui ont le don de savamment mettre en valeur l’une des plus belles parties du corps des femmes. C’est ainsi… la lingerie suit le mouvement des tendances et des silhouettes de mode et la culotte prend de la hauteur. La culotte haute fait un retour en force pour le plus grand plaisir des femmes. Elle s’avère une pièce mode, séduisante et confortable. Elle sublime les courbes, aplanit le ventre et cache les imperfections. Pièce iconique, la culotte tient le premier rôle et demeure le reflet de l’humeur des femmes. Longtemps dénigrée, elle s’affiche plus chic, plus glamour : jeux de transparences, contrastes des matières, doubles ceintures liens sensuels. Elle se pare d’empiècements de dentelle ou de soie, de détails ajourés, de bijoux ou de découpes graphiques. Elle s’exprime en velours ou en lurex dans des collections exclusives.

La culotte haute couture

Faut-il être culottée pour porter une culotte haute ? « Oui ! Il faut vraiment avoir envie de s’émanciper, affirme Vanessa Causse, designer Eurovet ; être avant tout une femme et bien dans son fessier ! » La culotte reprend sa place emblématique de pièce « Haute Couture ». Les finitions lui redonnent ses qualités de noblesse : envelopper, être confortable, être chic, valoriser nos courbes, être une promesse à la croisée de nos jambes, souligner notre taille, animer les hanches. Pour la première fois, toutes les marques intègrent des lignes de culottes, non associées à des lignes de soutiens-gorge, dans leurs collections. Elles ont compris que les femmes veulent inventer leur propre dressing de lingerie, assumer leurs choix et leur style pour s’adonner à un mix &match audacieux. C’est une démarche très féminine de construire sa silhouette selon ses envies et donc de marier des hauts et des bas au rythme des humeurs.