Marre-asthme infantile !

asthme_enfant_fotolia

Respiration bruyante et sifflante, essoufflements, suffocations, oppression du thorax et parfois même toux : voilà le quotidien des enfants asthmatiques.

Touchant un quart des enfants, l’asthme est une maladie des bronches se caractérisant par une hyperréactivité de ces dernières à certaines stimulations. Traduction physique : une contraction des muscles périphériques et une inflammation provoquant un gonflement de la paroi intérieure des bronches. Les voies respiratoires étant réduites, l’air ne circule plus normalement. Chez l’enfant, il est assez courant qu’une sécrétion excessive de mucus aggrave cet état d’obstruction. Une solution : le recours à un traitement médicamenteux agissant à deux stades de la maladie : lors d’une crise, en inhibant les effets de cette hyperréactivité, et au quotidien, en travaillant à se prémunir contre ces réactions.

La faute à qui, à quoi ?

Les asthmatiques présentent une capacité anormalement développée à synthétiser l’immunoglobuline E (IgE), une classe d’anticorps (prédisposition présente dans les gènes et se transmettant de façon héréditaire). Certains facteurs identifiés comme éléments déclencheurs sont présents dans notre environnement : à l’intérieur de nos maisons, la poussière, les acariens, les moisissures, les poils d’animaux… mais également à l’extérieur comme la pollution, les pollens, les autres moisissures… Préserver l’environnement de nos touts petits passe donc par la qualité de l’air : halte à la fumée de cigarette !
Certains aliments sont également des déclencheurs avérés : le lait de vache, l’œuf, le poisson, les céréales, les cacahuètes, les aromates, les colorants de synthèse ou naturels, les conservateurs… et la liste est encore longue.
Certaines infections respiratoires saisonnières comme le rhume accentuent encore les risques. Enfin, la pratique du sport, sans le respect de certaines mesures préventives, favorise elle aussi l’apparition d’une crise. Il est cependant hautement recommandé – sauf contre-indication médicale – de maintenir l’exercice physique des enfants asthmatiques, en l’accompagnant d’une prise en charge médicale régulière.

Le psychologique dans tout cela

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique et non pas psychosomatique. Cependant, le psychologique des enfants asthmatiques n’est absolument pas à négliger. En effet, le stress ou les émotions fortes peuvent devenir des facteurs aggravants. Durant la crise, la sensation ressentie, à savoir la suffocation voire l’étouffement, suscite un sentiment d’angoisse très prononcé. La réaction à adopter : être rassurant et calme afin que l’enfant demeure dans les bonnes conditions pour respirer. Cette maladie a souvent un impact sur la vie scolaire mais également sur la cellule familiale. Il arrive que certains parents développent de manière inconsciente une réaction de surprotection ou, a contrario, de rejet. Il convient d’expliquer aux enfants asthmatiques, avec des mots accessibles, en quoi consiste leur maladie. Il faut aussi informer les proches, comme le personnel scolaire, de l’attitude à adopter en cas de crise. Enfin, soyez conscients que chaque asthme, comme chaque individu, est unique et qu’il convient donc de trouver le traitement adéquat pour l’enfant.
Bibliographie


L’asthme chez l’enfant : Pour une prise en charge efficace de Denis Bérubé, Sylvie Laporte, Robert-L Thivierge, éditions de l’Hôpital Sainte-Justine
• 
L’asthme chez l’enfant de Gabriel Bellon et Alaine Grimeeld, éditions Larousse

Psychosomatique de l’enfant asthmatique de Michel de Boucaud, éditions Mardaga
• 
Apprenez à respirer à vos enfants : Rhumes, otites, bronchites, asthme, malformations dento-maxillaires de Jean-Paul Allaux, éditions EDP Sciences

et un site internet ludique pour les enfants et les ados :
http://www.asthmeacademy.com