Avec Nathalie les mains ont la parole

ed1

Frimouss’signes/Forma’signes est un organisme de formation à la langue des signes ; la première structure s’adresse à des techniciens de la petite enfance, la deuxième aux professionnels des autres secteurs. Basée dans le Loiret, Nathalie François, la fondatrice, intervient dans toute la France. Sébastien Drouet

Son parcours
« Hola ! » répond en riant Nathalie, 48 ans, quand on lui demande de retracer sa vie professionnelle. Et pour cause : après un bac pro en secrétariat et une licence en droit des affaires décrochée en 1995 à Paris VIII (en Seine-Saint-Denis, d’où elle est originaire), elle a exercé pendant 16 ans en tant qu’assistante de direction juridique en Région parisienne, puis a accompagné des trekkings dans le Haut Atlas marocain ! « Ensuite, j’ai fait des photos pour le catalogue de Nouvelles frontières en Polynésie – car j’ai appris la photo à 17 ans. Puis je suis retournée au Maroc où j’ai été auditeur qualité. »

Arrivée dans le Loiret pour raisons familiales, elle est devenue ambulancière. Mais une blessure à la main l’a orientée vers une autre voie…

 

Le déclic
Ne pouvant dès lors plus conduire ni porter les personnes, Nathalie a appris la langue des signes à Paris en 2014 après avoir vu un reportage, puis s’est spécialisée au Canada, pays en pointe dans ce domaine, d’où elle est revenue formatrice diplômée. « L’implication que j’ai pour la différence a aussi pour origine le fait que je suis née sans le bas du visage. Je n’avais pas de bouche, de nez, de palais, j’ai subi d’innombrables opérations – je me suis arrêtée de compter à 40. Je sais ce qu’est la différence, ce que c’est d’être rejetée. Par la formation à la langue des signes, j’œuvre pour les enfants et les adultes différents. »

 

Les difficultés
La première a été de trouver l’entreprise qui « essuierait les plâtres » de Forma’signes, qui proposerait donc une nouvelle formation pour ses salariés. Après un reportage dans le 13 h de TF1, c’est un revendeur automobile de Montbéliard qui a fait appel, le premier, à Nathalie. Autres obstacles : les démarches auprès des banques. Un conseil aux entrepreneuses, en passant : bien se renseigner sur le partenaire financier que l’on va choisir, auprès d’autres clients par exemple. « Il faut se méfier des beaux discours, et des gens qui vous lâchent à la moindre difficulté… »

 

Les aides
Nathalie, suivie dès le départ par la députée Marianne Dubois, dont l’un des fils est atteint de surdité, profite d’un second appui : le secrétariat d’État aux personnes handicapées. Un vrai tremplin, qui la met en relation avec beaucoup de monde. Ainsi, son clip sur le mariage des sourds va être diffusé auprès de tous les maires de France. Ils seront ainsi sensibilisés à l’apprentissage des signes nécessaires à la cérémonie nuptiale !

 

Début de reconnaissance

Trois ans d’existence seulement, et Nathalie a déjà été finaliste des Trophées des femmes de l’économie de la Région Centre, catégorie Innovation sociale, en juillet dernier. Et quelle innovation ! Seule en France à proposer ces formations, elle a une façon de faire unique, qui sera certifiée avant la fin de l’année.

06 43 48 45 38 – Facebook : Frimouss’signes/Forma’signes