BADA BOUM AMÉLIORE L’ACCUEIL DES ENFANTS HOSPITALISES

image_article_edth_15

DEPUIS BIENTÔT 15 ANS, BADA BOUM MET TOUT EN ŒUVRE POUR QUE LE SÉJOUR DES ENFANTS HOSPITALISÉS SOIT LE PLUS AGRÉABLE POSSIBLE. RENCONTRE AVEC LA PRÉSIDENTE DE L’ASSOCIATION, BÉNÉDICTE POLI, À QUELQUES JOURS DU PIQUE-NIQUE EDITH ET D’UN GALA DE CHARITÉ QUI PERMETTRONT  DE SOUTENIR LES ACTIONS DE LA STRUCTURE, IMPLANTÉE À L’HÔPITAL D’ORLÉANS.

Comment est née cette association, dont vous êtes  la présidente ?

Bada Boum a été créée en 2002, par tout un groupe d’une quinzaine de membres du personnel soignant de l’hôpital d’Orléans, et plus précisément de l’unité pédiatrique. Médecins, chirurgiens, anesthésistes, infirmières, puéricultrices, auxiliaires de puériculture, secrétaires, psychologues… On s’est tous retrouvés autour d’une idée commune : améliorer le confort et le bien-être de l’enfant hospitalisé et de sa famille. Que ce soit par de la déco pour les chambres, des jeux, des DVD de dessins animés, des jouets, des livres, des animations, des lits pour ses parents… Tout pour que le petit malade puisse évoluer dans un cadre agréable et continuer à vivre comme un enfant. Et pour cela, il nous fallait des fonds, alors nous avons monté l’association.

Comment arrivez-vous  à récolter les fonds ? Grâce à des dons, en menant des actions ?

Les deux, à vrai dire. Il y a des associations qui nous soutiennent,  comme des mariniers, qui nous ont permis d’organiser des balades en Loire, les modélistes ferroviaires, qui nous offrent lors de leur salon la possibilité de faire appel à la générosité des utilisateurs de leur train à vapeur… La Poste a par exemple édité des enveloppes prépayées avec notre logo, ce qui nous a permis, en plus, de nous faire connaître du grand public. Je citerai encore la Duck Race, organisée pendant le Festival de Loire, dont nous étions une des associations bénéficiaires…

Votre récompense,  pour votre investissement, c’est le sourire des enfants… 

Si à la fin de son hospitalisation, l’enfant se souvient qu’il a reçu un cadeau, qu’il a vu un magicien, un marionnettiste, et non pas le nombre de piqûres qu’il a eues, on a gagné notre pari. C’est la raison d’être de Bada Boum. Nous sommes d’ailleurs soutenus par tout le personnel soignant, qui est convaincu du bienfondé de notre démarche, car tout le monde réalise que c’est un plus du point de vue de la prise en charge au quotidien de l’enfant. Il n’est plus un malade, il redevient un enfant, à travers le jeu. Il se reprend en main, retrouve la maîtrise de ce dont il a envie ou non, il redevient libre de ses choix . C’est tellement important…

Ce gala, organisé en votre faveur le 24 juin, va permettre d’améliorer encore plus leur accompagnement…

Plus précisément, il doit nous aider à financer la réalisation d’un film ludique de sensibilisation sur l’univers hospitalier, pour dédramatiser les actes médicaux auxquels l’enfant va être confronté, ne serait-ce que la prise de sang, par exemple, très anxiogène. Nous l’avons écrit, nous jouerons dedans, en compagnie d’une marionnette par qui passeront les messages. L’argent récolté nous permettra de le mettre en scène.

Infos : Gala de charité, organisé par Espace Canal Evénement.

Samedi 24 juin, aéroport  de Saint-Denis-de-l’Hôtel. 19 h 30.

Sur le thème du  Petit Prince. Cocktail jazzy,  dîner gastronomique…

Site Internet de l’association : www.badaboum-orleans.fr