Cécilia Berder : championne d’escrime

o2

Si c’est à Paris que vit et s’entraîne la sabreuse, c’est à Orléans, pôle « jeunes » de l’escrime français, qu’elle est licenciée. Avec le Cercle d’escrime orléanais, Cécilia, 28 ans, vient d’ailleurs de remporter le championnat de France par équipe. Comment se prépare-t-elle au quotidien ? Propos recueillis par Sébastien Drouet

 

8h
C’est le moment du p’tit déj. Il faut bien manger, car la journée va être longue ! Mais le réveil se passe en douceur.

9h30 / 10h
L’entraînement commence à l’Insep, l’Institut national du sport. J’ai un peu de métro pour y aller (j’habite près de la gare de Lyon), puis du vélo, et j’arrive au bois de Vincennes. J’aime bien arriver un peu avant l’entraînement, commencer par une séance de réveil musculaire à base d’étirements. Ensuite, c’est le moment de la « leçon » – c’est le terme – en individuel. Un moment privilégié avec l’entraîneur. On échange sur les compétitions à venir, on fait des assauts techniques, tactiques. Ça dure 45 minutes environ.

11h
Après la leçon, vient le moment de la préparation physique. De la musculation, du travail d’appui, de la vitesse. Vitesse et appui forment notre « fonds de commerce ». Il faut être rapide et explosif en escrime. La musculation est travaillée pour avoir un haut du corps très puissant et un bas du corps très explosif.

 12h
C’est l’heure du déjeuner : je mange de tout. Mes parents sont restaurateurs en Bretagne (d’où je suis originaire), mon copain cuisine trop bien, c’est important pour moi. Les sportifs dépensent beaucoup d’énergie, il faut savoir gérer quantité et qualité. Beaucoup de légumes, de viande, de poisson. Il faut de tout. Mais j’évite ce qui est trop gras et sucré. Cela dit, on n’a pas de catégorie de poids, donc on peut se faire plaisir. Dans l’équilibre.

Entre midi et 15h, soit je vais à Radio France pour enregistrer ma chronique diffusée chaque dimanche, à 21h30, sur France Info (« En route pour Paris 2024 »), soit je reste à l’Insep pour travailler à la bibliothèque et préparer mes futures émissions. Radio France est à une heure de transport ; j’y vais une fois par semaine.

15h
Retour à l’Insep. Dans les transports, quand je dois les emprunter, j’en profite pour faire de la méditation, les écouteurs sur les oreilles. C’est très facile d’y consacrer 20 mn par jour. Je pratique le yoga aussi. Si j’arrive en avance à l’entraînement, je fais du yoga. Mon corps le réclame de toute façon.

16h
Nous faisons une séance d’assauts avec le collectif France, 10 filles, autant de garçons. On est en tenue complète et c’est parti pour deux heures d’escrime pur, sous la conduite des entraîneurs.

19h
Je prends un bain froid (10 à 13°C), pour récupérer. Puis je rentre, bien fatiguée. Mais quand on ne fait pas de sport, on est en manque ! Je sors régulièrement, pas une soirée ne ressemble à une autre. Cela dit, je ne suis pas une couche-tard…

 

Esprit club
Cécilia se rend une fois par mois au Cercle d’escrime orléanais, dont elle est licenciée depuis 2007. La vice-championne du monde d’escrime (en 2015), 5 fois championne de France en individuel, sera notamment le 22 juin à la fête du club. « J’aime y aller, il y a un esprit club, famille, que nous n’avons pas au quotidien ici, à l’Insep, avec l’équipe de France. On varie les plaisirs. C’est marrant d’être avec les jeunes, de parler avec eux. Ils ont des questions très pertinentes sur l’escrime, sur ma carrière. Ils vous font grandir sur votre pratique. »