Charline : Meilleur Ouvrier de France

une_charline

Meilleur Ouvrier de France : une distinction décernée à seulement 37 % de femmes ; Charline, fleuriste orléanaise, fait partie des rares élues. Edith la rencontre.

Fleuriste, un métier de femmes ? En boutique, on rencontre plus de femmes, c’est vrai. Mais à Rungis, ce sont les hommes qui vendent et les femmes qui achètent. « Le climat est plutôt convivial, on se connaît tous » précise Charline. Cependant, comme souvent, quand il s’agit de reconnaissance, ce sont les hommes qui tiennent le haut du pavé. Il y a 4 ans, au dernier concours d’art floral, aucune femme n’était en lice ; au précédent, une seulement. « Faire des concours demande un certain esprit de compétition et surtout beaucoup de disponibilité. Pour l’art floral, ce sont deux ans de préparation, avec des épreuves qui se déroulent le soir et les week-ends », souligne la jeune femme. Les hommes auraient donc plus l’esprit de compétition. Les femmes, quant à elles, privilégieraient (par choix ?) leur vie de famille et se contenteraient de prendre du plaisir en exerçant leur métier.

Objectif MOF

Mais pour Charline, c’est différent. Ce sont trois hommes qui lui ont transmis l’amour de l’art floral. Et l’envie de concourir sûrement avec. De plus, elle n’a pas encore de contraintes familiales : « j’ai toujours rêvé de cette distinction pour me dépasser et vibrer ».
Il aura fallu faire preuve d’une grande créativité et d’une bonne technicité pour convaincre le jury. Les épreuves du concours se déclinaient en trois sujets : réaliser une chaise pour un personnage virtuel, créer un jardin suspendu de 2,5 mètres de haut et enfin imaginer un élément porté pour un mariage gay. « Les garçons plutôt virils n’étaient pas très inspirés par le sujet, ils craignaient de tomber dans le cliché ou de faire un faux-pas », explique Charline. Pour la lauréate, ce sera une décoration d’épaule conçue à partir d’une orchidée verte et de violettes. Reçue par le Président en tant que Meilleur Ouvrier de France, Charline va bientôt avoir les honneurs de l’Élysée. « C’est une tradition qui marque une vie » dit-elle, des étoiles plein les yeux. Son objectif est atteint : accéder à la reconnaissance suprême, et surtout garder le genre masculin qui, selon elle, donne toutes les lettres de noblesse à son titre.

infos 
pratiques
Mi-novembre, Charline ouvre rue Bannier – Orléans – une boutique à l’ambiance épurée, où la fleur sera travaillée avec créativité.