Claque !

Il y en a parfois dans la vie qui remettent les choses en place. Je ne parle pas, évidemment, de celles que l’on reçoit d’un conjoint – je pense souvent aux femmes qui subissent ces maltraitances en silence et parfois même dans la culpabilité. J’aimerais leur donner la force de partir, de crier au secours, de composer le 3919, pour sauver leur peau ! Je voudrais aussi leur dire qu’elles ne doivent pas avoir honte de ce que leur fait subir leur bourreau. Je veux parler des claques que la vie nous met presque naturellement, quand on est tout simplement confronté à la réalité, que l’on ne peut plus jouer à faire semblant d’être quelqu’un d’autre. Parce que, fi nalement, c’est certainement le moyen le plus sûr de se perdre. Il y a des événements heureux et d’autres parfois tragiques qui nous remettent les idées en place. Les émotions les plus fortes nous bouleversent, nous font chavirer, puis elles nous redonnent le goût de l’essentiel. Le mois de mai, c’est le mois pour oublier les contraintes du temps, du temps perdu, du temps qu’il fait… C’est le mois où l’on prend avec gourmandise tous les jours fériés : pas besoin d’être souple pour faire les ponts ! Vivre encore et encore au rythme des plaisirs partagés… Essayez, ce n’est pas si compliqué. Il suffi t d’ouvrir les yeux pour s’abreuver de bonheur : les couleurs du marché, les refl ets du soir sur la Loire, les envolées d’oiseaux, le rire des enfants, le bruit de l’eau des fontaines, celui des glaçons en terrasse et un sourire ; donnez-le ou recevez-le. Un beau sourire qui vous emporte sur un air de printemps, c’est tellement charmant !