CORPS DE FEMMES – Accepter 
le temps 
qui passe

chirurgie_esthetique

Le temps laisse des traces, les visages sont plus ou moins marqués. Certaines femmes font appel à la chirurgie esthétique, d’autres préfèrent assumer l’âge de leurs artères.

Aujourd’hui l’approche de la chirurgie esthétique a beaucoup évolué, elle s’est banalisée tout en s’allégeant. Le lifting n’est plus dans l’air du temps, on évite les opérations lourdes qui demanderont une longue convalescence et donneront des résultats peu naturels. S’il n’y a pas de stéréotypes chez ses patientes, le docteur Grenier de Gardenal souligne qu’il y a des attentes communes : « les femmes veulent surtout avoir bonne mine, gommer les cernes, la ride du lion, on préconise des soins adaptés à la vie des femmes actives. Des retouches avec de nouvelles techniques évitent le bistouri : lumière pulsée, peeling, botox ». Mais les secrets de beauté sont aussi liés à une hygiène de vie : une alimentation saine, pas tabac, du sport. Le résultat n’est jamais garanti car chaque peau réagit différemment : « nous ne sommes pas des magiciens, nous devons connaître la part de fantasme généré par les stars des magazines et mettre en garde nos patientes », précise le praticien.

Un autre regard sur les effets du temps

L’ovale du visage est parfait, la peau lisse, le teint mat et uniforme. Il faut oublier les diktats esthétiques véhiculés par les magazines, car ces créatures célèbres ou anonymes sont préalablement traitées sous photoshop, ce qui tronque la réalité des visages et des corps. Les lèvres boudeuses et gourmandes, le maquillage outrancier, des tenues de midinette quand on a franchement passé l’âge, tout cela chasse le naturel, mais n’enlève rien aux années. Monique pétille de malice et voit plusieurs facteurs précieux apportés par les années : « L’ expérience, la sagesse, le savoir c’ est aussi cela les marques du temps qui passe, cela permet d’avoir du recul sur son corps ». Monique dit en souriant : « j’ai bientôt 70 ans, je suis dans mon année érotique, 69 ans. La nature ». Le virage se fait au moment de la ménopause : les bouffées de chaleur, une prise de poids, il y a un réel bouleversement. Monique a dû faire face à un cancer du sein et elle a côtoyé des cas desépérés : « je relativise les détails pour m’intéresser à l’essentiel ». Maintenant elle prend soin de son alimentation, marche beaucoup : « aujourd’hui je brûle différemment ma vie à petit feu, mais j’ai une exigence sur mon apparence, je suis toujours coiffée, maquillée et je fais en sorte de suivre une mode qui corresponde à mon physique ». Monique évoque l’époque de sa grand-mère qui, au même âge ,portait des tenues noires strictes qui la vieillissaient. La chirurgie ? « Il y a un âge où il faudrait tout refaire, car ce qui compte c’est l’harmonie entre le visage et le corps. » Seule coquetterie, Monique se fait retirer par son dermatologue les tâches brunes sur les mains. L’ énergie, la vivacité intellectuelle, la curiosité, la bonne humeur et l’empathie sont autant de choses que semble cultiver Monique : une cure de jouvence à la portée de toutes !