D’Après Une Histoire Vraie

e17

Le pitch

Delphine est l’auteur d’un roman intime et consacré à sa mère devenu best-seller. Déjà éreintée par les sollicitations multiples et fragilisée par le souvenir, Delphine est bientôt tourmentée par des lettres anonymes l’accusant d’avoir livré sa famille en pâture au public. La romancière est en panne, tétanisée à l’idée de devoir se remettre à écrire.

Son chemin croise alors celui d’Elle. La jeune femme est séduisante, intelligente, intuitive. Elle comprend Delphine mieux que personne. Delphine s’attache à Elle, se confie, s’abandonne. Alors qu’Elle s’installe à demeure chez la romancière, leur amitié prend une tournure inquiétante. Est-elle venue combler un vide ou lui voler sa vie ?

Pourquoi on aime ?

Tout d’abord, Emmanuelle Seigner et Eva Green, le duo d’actrices fonctionne très bien. Ce thriller à la Stephen King, dont l’auteur, Delphine de Vigan s’est inspirée pour la construction de son histoire. Enfin le scénario laisse planer le doute entre la part de fantasme et de réalité, le mystère reste entier.

3 questions à Roman Polanski

D’Après Une Histoire Vraie est tiré du roman de Delphine de Vigan. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce récit ?

Je n’avais lu aucun des livres de Delphine de Vigan. C’est Emmanuelle Seigner, mon épouse, qui me l’a donné : « Lis-le, m’a-t-elle dit, il y a peut-être un truc qui pourrait t’intéresser. » Je m’y suis plongé et j’ai tout de suite été intrigué par la confrontation des deux héroïnes – je n’avais jamais filmé un affrontement entre deux femmes. Mais c’est surtout le thème de l’angoisse de la page blanche qui m’a attiré : elle me renvoyait à mes propres angoisses de cinéaste entre deux films.

Était-ce la seule raison ? Le livre de Delphine de Vigan contient beaucoup de vos thèmes de prédilection : ce jeu de miroirs entre réalité et fiction qui anime les deux personnages féminins, l’enfermement dans lequel elles se murent peu à peu, et enfin cette double manipulation à laquelle chacune se livre à l’insu de l’autre.

Ce sont des motifs qui rappellent des choses que j’ai faites à mes débuts : la confusion entre l’imaginaire du personnage principal et la réalité qui l’entoure, traitée dans Le Locataire (1976, NDLR), un livre en jachère qui déclenche le récit, que j’ai utilisé dans La Neuvième Porte (1999, NDLR) et dans The Ghost Writer (2010, NDLR)…

Pensiez-vous déjà au couple formé par Emmanuelle Seigner et Eva Green pour les interpréter ?

Dès l’écriture, il était évident qu’Emmanuelle jouerait la romancière. Je n’avais jamais rencontré Eva Green mais je connaissais ses films. Je l’avais particulièrement aimée dans Sin City : J’ai Tué Pour Elle, de Roberto Rodriguez. Eva est à la fois belle et effrayante, elle pourrait parfaitement jouer la reine dans Blanche Neige. 

 

En bref

Date de sortie : 1er novembre

Réalisateur : roman Polanski

Avec :
Delphine/ Emmanuelle Seigner
Elle/ Eva Green
François/ Vincent Perez
Karina/ Josée Dayan