De la séduction AU RETOUR SUR SOI

seduction

Entre héritage des années 80, avec une femme conquérante, et goût d’un minimalisme résolument 90 emprunté au prêt-à-porter, la galaxie lingerie est plus que jamais plurielle. Adèle Gallant

Comme si nous étions toutes un peu Docteur Jekyll et Mister Hyde, nous avons cette capacité à nous muer de maîtresse en madone. Femme active le jour, qui privilégie avant tout son confort tout en respectant ses valeurs avec le choix de matières nobles. On opte alors pour des coupes minimalistes, en phase avec la tendance retour sur soi du prêt à porter : « On sent chez les jeunes une volonté de retour à la nature, de préserver l’environnement qui s’exprime plus dans une mode durable qui s’appuie sur les codes du sportswear et du bien-être plus que sur ceux de la séduction. C’est exactement ce que l’on constate dans le prêt-à-porter », explique Christine Walter-Bonini, directrice générale d’Esmod International. Ainsi, certaines femmes veulent des produits multi-usages qu’elles peuvent montrer (brassières, bandeaux…), et consomment de manière réfléchie. La simplicité est la valeur ajoutée. Elle est essentielle.

DES ANNÉES 80… 
« C’était la femme extravagante, extravertie et conquérante, décrypte Christine Walter-Bonini. Il y avait à la fois de la provocation et de la séduction. Une forme d’insouciance aussi : tout semblait permis. C’était une grande période de création en mode. Depuis, on puise sans cesse dans cette époque pour la réinventer et la réadapter. Côté créateur, le trio choc de Christine Walter-Bonini est simple : Azzedine Alaia pour l’extra glamour et l’extra séduction ; Jean Paul Gaultier pour la provocation et Thierry Mugler pour l’exagération des formes. »

… AU MINIMALISME 
Silhouettes quasi androgynes, effet clean cut… Brassières, bandeaux, triangles, bodies… Une lingerie minimaliste pour cette autre femme qui revendique un féminisme personnel, individuel, là où la conquérante des années 80 est presque un porte étendard. Le luxe est dans l’humilité, la force est spirituelle, le bien-être n’a pas besoin d’artifice. Brassières et bodies seraient ainsi significatifs d’un désir de cocon protecteur, d’un retour dans la substance, d’une société repliée sur l’intimité. Les jeunes marques de lingerie comme Aikyou, Cheek Frills, Morgane Lane, Lingerie La Nouvelle, Ma P’tite Culotte… sont justement dans cette mouvance sensuelle et épurée. La lingerie minimaliste des nouveaux créateurs et la corseterie glamour des grandes maisons forment une offre foisonnante et complète qui répond, n’en doutons pas, aux envies multiples des femmes d’aujourd’hui.
AU