Décryptage : le langage des ados

psychoargo

Fotolia_66205109_Subscription_XXL-avec-texteVotre ado rentre à la maison, raconte sa journée et vous avez l’impression de l’entendre parler chinois ?

Ne vous y trompez pas, chaque génération a son lot d’expressions bien à elle. Les adolescents ont un vocabulaire, un langage propre pour communiquer entre eux sans se faire comprendre des adultes qui rodent, fins prêts à percer leurs petits secrets. Pour vous aider un peu, Edith décrypte quelques-uns de leurs mots fétiches.

Avoir le seum

L’expression vient du mot arabe « sèmm », traduire par « venin ».
Par extension, « avoir le seum », veut dire « être énervé », « être dégoûté »
ou « avoir la haine ».

Avoir le swag

Un anglicisme lointain.
« To swagger » est utilisé dès
le XVIe siècle par Shakespeare dans Le Songe d’une nuit d’été. Traduire par « fanfaronner », « se pavaner », « se vanter », aujourd’hui par
« être cool », « être stylé ».

Boloss

Apparu dans la banlieue parisienne dans les années 2000. Provient du mot arabe qui veut dire « client », « pigeon ». Péjoratif, il désigne
une personne ringarde, un loser.
Son opposé est le « bogoss ».

Bader

Trouve ses origines dans le mot anglais « bad », « mauvais ». Par extension, « bader » est utilisé pour dire qu’on
ne se sent pas bien, ou que l’on se sent triste.

Balec

Un raccourci sonore pour dire
« je m’en bats les c……. ».

Bédave

Dérivé du mot « bédo », un joint, lui-même issu du verlan du terme « daube », la résine de cannabis. « Bédave » signifie « fumer un joint ».

C’est dare

Utilisé à outrance par Eddy dans Secret Story, « dare » serait le verlan du mot anglais « hard », mais ici on le traduit plutôt par « mortel », « génial ».

Chiller

Anglicisme issu du verbe « chill out », « se relaxer, « se détendre ».

Crari

Mot aux origines obscures, il signifie « faire semblant », « se donner un genre ».

Daron

Terme argot déjà utilisé à l’époque médiévale pour désigner un tenancier. De façon plus générale, il qualifie une personne qui possède une certaine autorité, paternelle par exemple.

Enjailler

Aurait deux origines : une anglaise issue du verbe « enjoy » et une ivoirienne, issue de l’argot. Utilisé
pour dire « faire la fête », « s’éclater ».

Fraté

Diminutif du mot de langue corse « fratellu », qui veut dire « frère ».

J’suis au bout d’ma vie

Sous-entendu, « je suis désespéré », « je suis déprimé », « je suis au bout
du rouleau ».

Pécho

Verlan du verbe « choper » qui a plusieurs significations : « acheter », « prendre », « voler ».

Schmer

En patois lorrain, il s’agit d’une cigarette.

Tiser

De l’argot pur breton, « tiser » signifie « boire ». En 1998, le groupe Manau l’utilise déjà dans son titre « Faut pas tiser en Bretagne ».

Wesh (ou wech)

En Algérie, « wech rak ? » est utilisé pour dire « comment vas-tu ? ». Le « rak » a disparu au profit du simple « wech », « ça va ? ».

 

À vous de jouer !

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, comprendrez-vous la phrase suivante ?

« Wesh fraté ! C’est trop dare, Marie fait une teuf chez elle ce soir. On va trop s’enjailler et y’aura de la tise. Je suis trop seum, mes darons veulent pas que je sorte mais je m’en balec ! »