Design-moi un studio !

DESIGN MOI

Rebecca Fezard et Élodie Michaud sont deux free-lances regroupées au sein d’un même studio de design, malicieusement nommé Hors-Studio. Ensemble, elles imaginent et conçoivent tout ce qui peut recouvrir une surface : mur, sol, vitrine, packaging… Un savoir-faire qui s’applique à trois domaines : architecture intérieure/scénographie, produit (objet, mode, maison) et graphisme. Sébastien Drouet

Leurs parcours

Élodie, 27 ans, a obtenu son bac littéraire option arts plastiques en 2009, avant de passer un certificat de stylisme à Paris et d’étudier à l’école Olivier de Serres, toujours dans la capitale, où elle a décroché un diplôme supérieur en textile et innovation. C’est dans le cadre de ses études qu’elle a fait un stage à Tours chez RCP Design Global, puis un autre à l’atelier d’Offard, où elle a rencontré Rebecca, alors sa tutrice. Celle-ci, 33 ans, a passé un bac S en 2003. Pas de science après le bachot, mais de l’histoire de l’art et l’école Conte de design textile, à Paris, avant d’intégrer les Beaux-Arts de Lyon, d’où elle est ressortie diplômée et félicitée. Intéressée par l’artisanat d’art, Rebecca a fait son stage de fin d’études à l’atelier d’Offard où elle est finalement restée… six ans. « Mon premier job ! Diplômée le vendredi, embauchée le lundi. »

Le déclic

Les deux Tourangelles s’étaient déjà frottées au monde de l’entreprise avant de partager l’aventure Hors-Studio, Rebecca en tant que designer free-lance (tout en travaillant à l’atelier d’Offard), et Élodie en tant que créatrice de la marque de skate-board Minka, avec Kevin Rabiller. Mais, en 2015, le stage de la seconde sous la conduite de la première les a fait se rencontrer d’abord, se rapprocher ensuite. Les choses se sont déroulées « step by step » : recherche d’un atelier commun, installation chez Trajectoires, près des Prébendes, création de Hors-Studio en novembre 2016. « Ce n’est pas un projet de potes à l’origine. Il se trouve que nous partageons certaines valeurs. Lorsque nous avons trouvé l’atelier, nous nous sommes dit que nous serions plus fortes à deux. Pourquoi pas s’associer ? »

Les difficultés

Le statut est parfois complexe à gérer. En fait, Hors-Studio, c’est la réunion de deux free-lances sous un même nom. Mais cela n’est rien à côté des autres complications, notamment les démarches, le marketing, la gestion, l’administratif qui représentent 80 % de leur temps ! Sans oublier la phrase qui revient constamment quand elles démarchent : « Il n’y a pas de budget » … « Monétiser le travail de création n’est pas facile », disent-elles. Elles ne vivent pas (encore) totalement de leurs réalisations : toutes les deux enseignent à côté.

Les aides

Elles viennent plus de personnalités que d’institutions, même si Rebecca est suivie par Ecopia, un organisme qui accompagne les artistes. Aujourd’hui, le coup de pouce vient surtout d’Alain Julien-Laferrière, directeur du CCC OD, qui souhaite promouvoir le design et leur a commandé des foulards en vente à la boutique du Centre (une rencontre entre le public et les créatrices aura lieu le 14 décembre de 18 h à 21 h). Citons aussi Patricia Lerat, consultante et révélatrice de talents du design, qui les suit depuis le début à titre gracieux.

www.hors-studio.fr
sur Facebook : @horsstudio
Sur Instagram : @hors_studio

LES +

- La liberté, l’indépendance des choix, du temps que l’on gère comme on veut.
- « Le salariat, ce n’est pas pour nous ! »

LES -

- L’insécurité, ne pas savoir de quoi demain sera fait.
- Ne jamais couper. Mais quand on est passionnée, cela peut être un plus !