Fais ce qu’il te plaît… – Edito N°5

edito-edith-magazine-5

edito-edith-magazine-5Justement quand on devient maman on ne fait plus tout à fait ce qui nous plaît.

Fini l’insouciance, les câlins improvisés avec Marcel, tout rentre dans un nouveau cadre, celui de la famille. Le rythme change : des réveils en pleine nuit à cause des dents qui poussent, du monstre qui est sorti du radiateur… Terminées les tenues impeccables, on a souvent une trace de chocolat, les petites mains collantes sont passées par là, les lar-mes de crocodiles aussi, parce que la nouvelle maîtresse fait peur. C’est le rituel de l’histoire que l’on raconte le soir, même fatiguée par une longue journée de travail… Bienvenue dans le monde des mamans !

Il y a les hommes, les femmes et les mamans. Une espèce à part, qui a (presque) toujours des Kleenex dans son sac, qui vous dépannera avec ses lingettes ou une Pom’Potes. Ces femmes qui comprennent, avec un regard attendri et complice, qu’un enfant puisse pleurer de fatigue, crier de chagrin en pleine rue.

Entre deux « fais pas ci fais pas ça » on les regarde avec des yeux remplis de nostalgie : comme le temps passe vite, qu’est-ce qu’ils ont grandi. Plus tard les sujets avec les copines tournent autour de la bonne adresse de l’orthodontiste, des meilleurs séjours linguistiques, du bon usage de Facebook et du portable, des conflits de l’ado dont on aimerait vite sortir…

Et puis, on éternue, notre fille n’a plus 20 ans, c’est à son tour d’être maman. Les places changent, la fille devient mère, la mère grand-mère…

Tour à tour mamans poules, mamans cool, on a toutes une histoire commune avec nos chers petits qui sont devenus grands. Bonne fête à toutes les mamans !