Haras de bois et de couleurs

maison-du-haras

 

Au sud de la Loire, une entité rurale a été transformée en vaste demeure familiale. Ses habitantes expriment leur savoir-faire en matière d’art et de décoration.

Sur les plans de l’architecte Alain Jouan et selon les nombreuses suggestions de la propriétaire, la maison a trouvé ses volumes alors que les pièces étaient réparties de manière fonctionnelle. Entre le trio salon, vaste hall de communication et pièce à vivre, il n’y a pas de cloisonnement totalement fermé. Des baies vitrées intérieures laissent le regard errer dans le décor, tandis que le bois ciré qui recouvre l’ensemble des murs de la bâtisse lui confère un effet naturel. Les parquets ou le carrelage de larges tomettes dans le salon soulignent l’utilisation de matières nobles et chaleureuses. L’architecte a initié un poêle cheminée qui possède une véritable personnalité. Ce dernier trône entre deux murs de petites briques. Fermé, il s’inscrit sobrement dans le contexte, mais lorsque ses portes sont ouvertes de part et d’autre de ses façades, le foyer apparaît dans tous ses états.

La créativité réside aux différents niveaux de la maison puisque mère et filles ont choisi la peinture et l’édition de mobilier. La propriétaire a fait ses choix de couleurs, en particulier pour les chambres, à travers la palette de l’impressionniste William Turner, réputé peintre de la lumière. Quelques photographies embellissent les murs et sont révélatrices de talent. Une partie annexe de la maison est également devenue maison d’hôtes. Ces dames y ont créé au fil des trouvailles, des espaces à vivre et des chambres qui se déclinent sur une palette de tons tendres illuminés de touches plus intenses. La propriétaire a su intégrer ici ou là les objets du quotidien dans un cadre qui se conjugue au passé comme au présent, et qui instaure une sensation de confort optimal.