Jade,une Coréenne à Orléans

20121019_048

Née à Gwangju, en Corée du Sud, Jade, ou plutôt Jooyoung, a déménagé 35 fois avant de s’installer avec mari et enfants dans la cité johannique.

 

Quel a été votre parcours avant d’arriver à Orléans ?

Je suis arrivée à Paris à l’âge de 17 ans et demi pour apprendre la langue française et l’art occidental. Tout en travaillant pour une galerie parisienne, j’ai dû retourner en Corée pour cause d’expiration de visa étudiant. J’ai ensuite ouvert ma galerie à Séoul. Je faisais également beaucoup d’allers-retours en France et de voyages à travers le monde pour moi et d’autres artistes coréens. C’est à l’occasion d’un de mes voyages en France que j’ai rencontré mon mari. Nous avons vécu ensemble en France puis à Jinju, où j’ai repris une formation sur la peinture des lettres coréennes et la calligraphie.

 

Pourquoi Orléans ?

Nous souhaitions revenir en France mais nous ne pouvions pas faire scolariser nos enfants sans adresse locale. La seule école privée qui nous ait répondu favorablement a été St Charles.

 

Quels sont vos lieux de prédilection ?

Les quais de Loire, pour regarder en face ! La rue des Carmes, j’ai adoré assister à son évolution. Palaf’Soldes, on dirait une caverne des mille et une nuits. Le restaurant Yin parce qu’on y mange des repas faits comme à la maison.

 

Comment trouvez-vous les Orléanais ? 

Je trouve les gens gentils et très curieux, ils sont toujours très intéressés par ce que je fais. Il y a aussi à Orléans un petit côté village. Je m’y sens posée, enfin, c’est agréable d’avoir une relation avec un lieu dans la durée.

 

Votre coup de cœur à Orléans ? 

J’adore les petites îles sauvages sur la Loire, les bancs de sable. En fait, j’apprécie beaucoup les changements de paysage de la Loire.

 

Pour plus de renseignements sur l’école de Jade, Sagunja : http://sagunja.e-monsite.com/

 

Ses adresses

Les Bozart pour trouver toutes ses fournitures.

La boutique de stylisme No Logo.

Le magasin de musique Bauer pour y acheter des partitions mais aussi des stylos, des gommes, des parapluies…

Le CRDP pour se fournir en manuels pédagogiques, livres culturels, contes…