Je veux un roof top !

e5

Si les grands jardins ont toujours autant la cote, le toit-terrasse séduit de plus en plus les propriétaires urbains en quête de tranquillité. Mais la mise en œuvre d’une telle installation n’a rien d’une partie de plaisir ! M. K.

Plus question de perdre de la place inutilement ! Optimiser le moindre mètre carré est désormais le nouveau credo de tout un chacun. On investit chaque pièce de la maison au point parfois d’imaginer des folies. Le toit, par exemple, fait partie de ces espaces a priori inaccessibles mais que l’on n’hésite pas à métamorphoser pour en faire un lieu de vie. Une idée certes brillante, mais qui impose aux propriétaires rêveurs des contraintes techniques drastiques.

Toiture plate ou en pente ?

Pour imaginer un roof top chez soi, encore faut-il avoir la toiture adéquate. Évidemment, l’idéal est de disposer d’un toit plat ou d’une pente inférieure à cinq degrés. Les constructions classiques, elles, n’empêchent pas ce projet mais le rendent particulièrement complexe. Il faut en effet gommer la pente pour créer une surface bien plane, ce qui implique de toucher aux fondations et aux planchers. C’est la raison pour laquelle ce type de chantier est exceptionnel. De la même façon, il est presque impossible d’aménager un toit-terrasse sur les immeubles collectifs. Bien souvent en effet le sommet du bâtiment sert à recevoir les aménagements techniques tels que la sortie de chauffage, les systèmes de ventilation ou la machinerie de l’ascenseur.

Des contraintes techniques

Lorsque le toit-terrasse est possible, il faut encore prendre en considération pas mal d’aspects techniques. Ce petit coin de paradis isolé des voisins devra en effet subir de lourdes charges. Il est composé d’une structure de base, qui supporte la toiture et d’une dalle, souvent en béton. Il faut donc bien vérifier la solidité et la position des murs porteurs. Mais pas de panique pour autant ! En général, ce type d’installation peut supporter entre 100 et 200 kg par mètre carré. L’isolation thermique ainsi que l’étanchéité devront également être étudiées. Pas question de faire l’impasse sur ce dernier point crucial. L’imperméabilité devra en effet être assurée par un pare-vapeur, une chape souple et un revêtement d’étanchéité. Vous l’aurez compris, un toit-terrasse ne s’improvise pas et demande quoi qu’il arrive l’intervention de professionnels, notamment d’un architecte et d’un maître d’œuvre. Côté prix, tout dépend évidemment des installations que vous souhaitez réaliser, mais il faut compter entre 70 et 150 € le mètre carré. 

Des idées d’aménagement 

Une fois les détails techniques réglés, il vous faudra penser l’aménagement de votre toit-terrasse. En la matière, les possibilités sont presque infinies. Certains optent pour des dalles composites, des lames de bois en pin, des caillebotis, du carrelage (grès, céramique etc.), de la pierre ou des matériaux plus modernes tels que le béton. Les terrasses végétalisées sont encore une option très en vogue en milieu urbain. Vous pouvez encore créer un coin repas avec une grande table, un barbecue et des parasols pour vous protéger du soleil. Des transats ou des coussins géants créeront, eux, un espace détente. Et si vous avez la possibilité d’intégrer un jacuzzi à votre toit-terrasse, vous vous rapprocherez un petit peu du paradis… Point sécurité Le toit-terrasse a beau être un espace convivial et intimiste, il ne faut pas oublier qu’il donne aussi sur le vide. Pas question donc de négliger la sécurité, surtout si l’on a des enfants ! Il faudra ainsi équiper son nouvel extérieur de garde-corps suffisamment hauts. Si vous optez pour des barreaux, choisissez-les plutôt verticaux avec un écartement de 11 cm maximum.

Quant aux équipements (mobilier, jardinières etc.), il vaut mieux qu’ils ne dépassent pas les 90 kg afin de pouvoir être déplacés en cas de besoin, notamment lors des opérations d’entretien. Ils ne doivent pas non plus entraver les systèmes d’évacuation des eaux pluviales.