Jour de marché

IMG_1001

Quelle chance, nos marchés se déclinent tout au long de la semaine ! Le mardi aux Blossières, le mercredi on fait bio place de la République, le jeudi places Dunois et Saint Marceau, le vendredi en nocturne place du Martroi, mais aussi à Olivet, Fleury, Chécy, Ingré, La Chapelle, Ormes… Le marché ? Un éventail de produits, d’ambiances et d’images.

J’ai remarqué que le jus de pomme que l’on trouve au marché du quai du Roi, le samedi matin, entre deux rayons de soleil, n’avait définitivement pas le même goût que celui que j’attrape vite fait au rayon frais de la superette. Je ne dis que ce dernier n’est pas bio, ni qu’il n’est pas bon, mais il n’a pas la même histoire, et souvent les histoires racontées par le p’tit monsieur qui attend patiemment sont savoureuses. J’apprends que c’est une personne qui a cueilli les pommes, et que c’est quelqu’un d’autre qui a stérilisé la bouteille. Le p’tit monsieur a les mains calleuses et les ongles encore noircis par la terre, il avait tout le temps (et moi aussi) de me parler de ses pommes, du jus qu’il fait ailleurs parce qu’il n’a pas la machine, de son alcool de prune de Sologne, Il n’a pas d’alambic non plus, et puis, cette année, pas beaucoup de fruits à noyau : « ça a gelé ! ».

Un air de campagne

On roule les yeux et l’on salive devant des étals colorés par les petits radis roses croquants, les carottes, les haricots verts, les jolis navets, les tomates écarlates, les melons bien ronds, les longues aubergines, la rhubarbe et les petits pois…

Plus loin, un gamin se régale. Il écarquille ses grands yeux noirs ; on vient de lui faire goûter une fraise. Mais pas n’importe laquelle : une Mara. « Et avec ceci ?- Merci, ça s’ra tout », la maman repart avec la barquette.

Plus loin, j’entends qu’on parle des prochaines élections (encore !). Certains viennent distribuer leurs tracts. Un peu plus loin, un candidat, la bouche pleine de sourires, multiplie les poignées de mains (généreuses ?). Il est en campagne, normal ! Le marché du samedi matin, c’est aussi une recette que l’on échange au hasard d’une conversation, en attendant que la dame de devant termine sa commande. Ici, on ne s’agace pas, on ne trépigne pas, on prend du bon temps, on s’ouvre l’appétit rien qu’en regardant les paniers généreux des asperges de Saint-Pryvé, des tomates cocktail d’Olivet. Tiens, sans faire exprès, je deviens locavore. Comme c’est drôle : on invente des mots, des mots verts… Ils ont remplacé les mots bleus, chantés par Christophe.

En raison des travaux le marché quai du Roi est déplacé devant le Cabinet Vert.