Kingdao, Thaïlandaise à Orléans

Installée depuis 3 ans à Orléans pour fuir Paris, elle apprivoise sa nouvelle ville avec des réminiscences thaïlandaises à partager. Rencontre.

Pourquoi avoir choisi Orléans comme port d’attache ?

Nous avions des amis qui y habitaient. En leur rendant visite, nous sommes tombés sous le charme. Nous ne voulions plus vivre à Paris mais il nous fallait trouver une destination de proximité : mon mari travaille toujours là-bas. Orléans fut le compromis idéal.

Quels sont vos projets futurs ici ?

Grâce au magazine Edith, j’ai rencontré Celia, de l’association AVF – qui permet la rencontre entre femmes étrangères isolées – et je suis devenue responsable du groupe international. Nous organisons des sorties tous les mois. Dernièrement, nous avons visité une ferme à fromages à La Ferté-Saint-Aubin. Dans deux ans, j’aimerais ouvrir un salon de thé et servir du thé traditionnel.

Quelles sont vos habitudes orléanaises ?

J’aime marcher le long de la Loire tôt le matin. C’est agréable, il n’y a personne. J’ai aussi découvert les séances de sport en plein air du samedi matin, place de Loire. J’adore le marché du mercredi place de la République et du vendredi, place du Martroi. Un vrai petit paradis pour moi qui cuisine beaucoup de fruits et légumes. J’aime les acheter aux maraîchers du coin. Côté boutique, je trouve toujours mon bonheur rue Royale et à la braderie annuelle.

 J’aime à Orléans: La ville est à taille humaine. Je fais tout à pied ou à vélo avec mes enfants. Entre l’école, le conservatoire, les boutiques, l’association… tout est très vite accessible. Mais j’apprécie avant tout le calme qui y règne.

J’aime moins: Les gens ne font pas très attention à leur environnement ! Nous sommes pourtant dans un cadre propice au respect de la nature, avec la Loire, mais les gens jettent leur détritus au sol et laissent leurs chiens faire leurs besoins n’importe où.

Brin de nostalgie thaïlandaise

Je suis en France depuis 15 ans mais toute ma famille est restée vivre là-bas. Il me manque, tout comme le soleil, les épices et les noix de coco fraîches ! Je me rends de temps en temps quartier Madeleine dans une boutique thaïlandaise pour y retrouver des saveurs, ou chez le Siam’s, rue de Bourgogne, un restaurant de cuisine asiatique.

Comme une odeur de Thaïlande …

Prendre de beaux filets de poulet et les couper en morceaux. À part, lancer un bouillon de poulet. Y ajouter du galanga, de la citronnelle, de la coriandre, quelques tomates cerises coupées en deux, du jus de citron, du piment
et de la crème de coco. Mettre le poulet à cuire dans le bouillon. Laisser mijoter 5 à 10 minutes. Servir avec du riz saupoudré de brins de ciboulette.