La maison des copains

maison-des-copains

maison-des-copainsJean-Louis, c’est l’exception qui confirme la règle : nous lui ouvrons cette rubrique que nous avions jusque-là consacrée aux femmes. Mais voilà, comment résister à sa créativité, à sa générosité et à sa convivialité, choses rares et précieuses…

Tout a commencé en 2005, quand Jorlin, la célèbre quincaillerie spécialisée dans l’ameublement, fondée en 1945, située rue d’Angleterre, fut à vendre.
Ce ne sont pas moins de 200 m2 que Jean-Louis a entièrement rénovés. La présence d’un escalier en colimaçon qui menait à tous les étages de cette bâtisse datent de 1836 lui fait penser qu’il occupe les parties des domestiques, cellier, four à pain, cave.
Jean-Louis se lance dans des travaux qui vont durer des mois : sablage des poutres, des milliers de clous à retirer, grattage des briques, installation d’une pompe à chaleur réversible (chauffage l’hiver, clim l’été), peinture, installation de la cuisine (IKEA), pose du parquet et une conception ludique pour des toilettes ultra créatifs. « Je n’ai pas mon bac. J’étais informaticien, mais j’aurais dû être architecte. » On admire le lustre (d’origine allemande trouvé sur ebay). Conçu et fabriqué par l’hôte de ces lieux, il a l’avantage d’avoir un double éclairage orienté sur le plafond et la table. Jean-Louis aime le mélange de l’ancien et du contemporain. « Je prends ce qu’il y a de mieux dans chaque monde. »

Un art de vivre

Après un premier réveillon réussi dans sa nouvelle tanière, Jean-Louis comprend très vite qu’il habite dans un lieu propice à faire la fête ; en février 2008, il y organise un concert privé. Au menu : musique et convivialité avec une trentaine de copains. La formule plaît : chacun apporte son repas. Jean-Louis cultive un certain art de vivre, il aime les bons vins. « J’ai des principes. Ici pas de gobelets, je fournis de vrais verres ! »
Une fois par mois, le cellier se transforme en salle de concert et, très vite, les copains des copains rejoignent le groupe : ils sont vite une soixantaine ! Le rendez-vous est donné ; chaque deuxième vendredi du mois, c’est la soirée de Jean-Louis. Les musiciens et les artistes de la région se passent le mot, ce sont eux qui le contactent pour se produire sur la scène improvisée. Un chapeau passe de main en main pour remercier les artistes, comme il se doit.
C’était le 12 mars. Une page s’est tournée, c’était la der chez Jean-Louis : pizzas au feu de bois, musique, mimes, rires à volonté… Ils étaient nombreux, les copains, et ils en parlent encore ! Depuis, Jean-Louis a rendu les clefs… Mais tout le monde espère qu’il va bientôt trouver un nouveau lieu pour partager son art de vivre.
Bio express
Né dans l’Allier, Jean-Louis arrive
à Orléans pour travailler chez IBM.
Il en partira 18 mois plus tard, préférant une petite structure au rouleau compresseur d’une multinationale. Aujourd’hui retraité, malicieux et heureux, il s’adonne à ses hobbies : déco, musique, photo, randonnées dans le désert et fêtes entre copains.