La petite histoire de la carte de vœux

Christmas card

La carte de vœux, kitsch et dépassée ? À l’ère du tout numérique où les messages n’ont jamais été aussi importants et où la mode du fait maison refait surface, cette tradition aux allures un peu vieillottes n’a jamais été aussi tendance. Mais au fait, ça vient d’où cette jolie coutume ? VB

Comme en chaque fin d’année, vous enverrez d’ici quelques semaines des cartes de vœux à vos proches, votre famille mais aussi peut-être, dans le cadre de votre société, à vos clients les plus fidèles. Si les Romains ont inventé la tradition de donner des étrennes il y a fort longtemps, les Asiatiques envoyaient des sortes de cartes de visite aux personnes côtoyées pendant l’année écoulée. De grandes feuilles de papier de riz écrites avec différentes nuances de couleurs mentionnaient le nom, le prénom et la qualité de l’expéditeur. La dimension de la feuille variait selon l’importance du destinataire !

Entre traditions et nouvelles formes

Au XIXe siècle, le premier timbre postal est lancé en Angleterre et les premières enveloppes ornées de motifs de Noël sont éditées. En 1843, John Calcott Horsley envoie la première carte de vœux à Sir Henry Cole. Si le timbre facilite l’expédition du courrier, c’est le procédé de lithographie qui popularise ces correspondances envoyées pendant la période de l’Avent pour souhaiter un joyeux Noël et une bonne année. On peut désormais reproduire des cartes ornées de gui, de houx, de scènes de nativité ou de paysages enneigés.

La mode se répand dans toute l’Europe. Or, il existe déjà en France une coutume ancienne : les visites du Nouvel An. Dans les quinze jours suivant le 1er janvier, il est d’usage depuis longtemps de passer voir ses proches, ses relations professionnelles ou mondaines. En cas d’absence ou de manque de temps, on laisse un petit mot à l’intention de la personne, une carte de visite portant une formule de vœux. Parallèlement, une coutume du XVe siècle veut qu’à l’occasion de la nouvelle année, on écrive à l’entourage pour reprendre contact et demander des nouvelles. Synthèse de ces deux pratiques ancestrales, la carte de vœux s’émancipe.

Dans les années 1930, avec l’arrivée des produits du commerce, utiliser des cartes de visite ou du papier à lettre devient progressivement dépassé, voire carrément ringard dans les années quatre-vingts. Mais la tradition perdure et se fait respecter, particulièrement en France. Aujourd’hui, avec l’avènement du numérique, les formes de la carte de vœux sont nombreuses : mail, SMS, carte virtuelle animée, vidéo personnalisée, album photo de famille, calendrier créatif etc. Quel que soit l’emballage, c’est le message qui importe. Là aussi, il y a le choix : lettre personnelle, poème ou encore citation philosophique, à méditer pour commencer l’année avec un peu plus de sagesse ou d’espoir.

La carte de vœux DIY à la mode

Aujourd’hui, avec l’engouement pour les loisirs créatifs et le Do-It-Yourself, certains tiennent à créer eux-mêmes des cartes de vœux personnalisées. Un grand choix de papiers créatifs, bien aidé par la tendance du scrapbooking et de la couture, permet de laisser libre cours à sa fantaisie et sa créativité, tout en offrant une attention particulière au destinataire. À une époque où tout n’est que chahut et course après la montre, prendre le temps de se poser, de réfléchir à un mot, de l’écrire à la main ou de le dessiner relève de la bienveillance et de la nécessité de faire les choses avec soin. Avec à la clef, le sourire de celui qui la reçoit en promesse. C’est aussi ça l’esprit de Noël.