L’amour pendant la grossesse

e19

Ce n’est pas parce que vous vous apprêtez à devenir maman que vous n’êtes plus une femme pour autant ! Quoi qu’en disent les clichés, il est parfaitement possible de faire rimer « tendresse » et « grossesse », mais aussi « maternité » et sexualité. Diane Romay

Au diable les préjugés sur la grossesse ! Si le corps de la femme enceinte apparaît comme un temple sacré dédié à la vie, il n’en a pas moins des envies. Contrairement à certains préjugés, il est parfaitement possible de conjuguer vie sexuelle épanouie et grossesse réussie. Pour ce faire, vous devez toutefois vous poser les bonnes questions et, éventuellement, prendre quelques précautions.

Halte aux mythes farfelus

Avant toute chose, il convient de vous rassurer et, à ce titre, de tordre le cou à certaines idées reçues. Sauf cas exceptionnels, rien ne vous interdit les câlins coquins pendant la grossesse. En vérité, ceux-ci sont même vivement conseillés pour garder un moral au top. Les femmes enceintes sont soumises à d’innombrables bouleversements physiologiques et psychologiques, qui se traduisent par des changements d’humeur parfois spectaculaires. Une sexualité épanouie s’impose comme le remède parfait aux coups de blues intempestifs. Naturellement, pas question de vous forcer : durant cette période, votre libido peut baisser, donc pas de panique si vous êtes moins entreprenante qu’avant. L’essentiel est de vous faire plaisir quand vous en avez le désir…

Un délice sans danger

Parmi les nombreuses craintes des femmes enceintes (et de leurs conjoints), le risque de blesser le bébé lors d’un rapport sexuel est la plus fréquente. En vérité, vous n’avez aucune raison de paniquer : niché dans sa bulle de liquide amniotique, votre petit bout de chou est à l’abri du moindre mauvais coup. L’autre grande peur des futures mamans concerne la poche des eaux, qu’elles craignent de percer au cours d’ébats enflammés, déclenchant ainsi un accouchement prématuré. Une fois encore, ce genre de situation n’a aucune chance d’arriver : il est physiquement impossible que votre homme, aussi viril et vigoureux soit-il, puisse l’atteindre lors d’une pénétration profonde. Le vagin et l’utérus sont deux parties distinctes, séparées par 4 à 5 centimètres. De même, les contractions utérines consécutives à l’orgasme féminin ne peuvent pas donner lieu à un accouchement-surprise. En d’autres termes : jouissez sans culpabiliser !

Les hormones en ébullition

Si, au début de leur grossesse, la plupart des futures mères préfèrent le repos à la bagatelle, leur libido connaît un pic d’activité dès le deuxième trimestre. Durant cette période, le sang afflue abondamment dans les tissus vaginaux et le clitoris qui, ainsi gonflés, deviennent beaucoup plus sensibles aux caresses. Les sécrétions deviennent plus abondantes, facilitant considérablement la lubrification, tandis que les hormones s’agitent en tous sens. Il serait donc dommage de ne pas profiter de ces quelques semaines de félicité…

Quelques mises en garde

De manière générale, l’amour pendant la grossesse ne présente aucun risque, si ce n’est une sensation d’inconfort liée aux transformations de votre corps. Néanmoins, il est préférable de demander l’avis d’un professionnel – qu’il s’agisse d’un gynécologue, d’une sage-femme ou même de votre médecin généraliste – si vous attendez des jumeaux ou si vous présentez une dilatation du col de l’utérus. En outre, si vous avez tendance à souffrir de mycoses, il est capital de vous faire soigner avant la grossesse, cette dernière risquant de les aggraver, compte tenu des changements d’acidité du milieu vaginal consécutif aux hormones.