Le “fait maison”:
 mode ou astuce anti-crise ?

Gwen

Pain, confitures, mais aussi pâte à tartiner, vêtements, yaourts, cosmétiques… Quel plaisir de tout confectionner soi-même ! Et, période morose oblige, le syndrome du « c’est moi qui l’ai fait » ne risque pas de cesser de si tôt…

Gwendoline, auxiliaire de puériculture, 25 ans, un enfant

Je réalise mes propres yaourts depuis six mois, ma boisson gazeuse depuis deux ans, mon pain depuis trois ans, mes compotes et mes desserts, et 90 % de mes repas. Je ne considère pas ceci comme une mode. Je fais par envie. Mais je ne peux pas cacher que financièrement, il y a un gain par rapport à des articles de supermarché, dans lesquels on ne sait pas toujours ce qu’il y a.
J’ai commencé à faire mes yaourts quand ma fille est arrivée, car nous mangeons énormément de desserts à trois, ce qui est une dépense non négligeable. Comme toutes les personnes, la crise n’arrange pas mon porte-monnaie et le budget « courses » augmente un peu plus chaque mois. C’est également un moyen de diminuer mes déchets et d’être plus écologique. Avec un litre de lait et un yaourt nature, la jeune maman confectionne 7 yaourts de 120 ml soit un coût global d’environ 0,70 e.

Son astuce

Ajouter du bicarbonate dans les préparations culinaires pour pouvoir les alléger ou faire monter un peu plus les pâtes à gâteaux.

 

Cécile, enseignante retraitée, 49 ans, quatre enfants

J’ai toujours « fait maison », c’est un mode de vie, même s’il est vrai qu’actuellement c’est devenu une vraie mode ! C’est bien sûr moins coûteux, si on ne compte pas le temps passé à la réalisation. La crise étant passée par là, cela m’incite à continuer. Je fais mon pain depuis cinq ou six ans, et j’ai toujours cuisiné : confitures, quiches, pizzas, tartes, gâteaux, yaourts, desserts lactés.

Question couture, j’ai commencé lorsque mes filles étaient petites… Cela me procure beaucoup de plaisir, mais aussi du stress lorsqu’il y a des échéances et trop de projets en même temps. Pour Noël, nous nous étions lancé un défi avec mes filles : offrir un maximum de nos cadeaux « faits main ».

Son astuce 

Toujours cuire ses pains maison au four traditionnel. La croûte est plus croustillante.

Céline, responsable formation, 33 ans, deux enfants (et bientôt trois !)

Depuis toujours, nous réalisons quasiment tout maison : les yaourts, les confitures, les desserts, les pâtes sablées et brisées, les crêpes, les plats en sauce, les purées, les soupes, les compotes, quelques jus lors de la saison des fruits, les coulis. Mon mari fait lui même sa bière depuis un an ! À l’heure où l’on cherche des repères pour les enfants, du temps pour sa famille et des économies, je pense que le « home made » est une bonne alternative, avec certaines limites comme celle de ne pas faire son pain, car la présence d’un boulanger dans une commune est primordiale.

Aujourd’hui, mes enfants mangent de tout, connaissent plein de fruits et légumes et savent reconnaître les saveurs. C’est un élément fondamental de ce que je veux leur transmettre.

Je n’hésite pas à faire la promo de ce style de vie et, malgré quelques sourires au départ, les gens finissent par me dire : « Je pense à toi quand je fais les courses », ou : « Tes confitures, elles sont trop bonnes, tu me donnes ta recette ? », ou encore :
« Tu me prêtes ta yaourtière pour que j’essaie ? ».

 Son astuce

Ajouter dans les pâtes à quiches ou à tartes, des graines de pavot, de sésame ou autre pour un petit effet croustillant et surtout varier les plaisirs.

 

Virginie, professeur en lycée hôtelier,  39 ans, quatre enfants

Je couds depuis l’âge de 10 ans grâce à ma mère qui a eu la gentillesse de m’apprendre. J’ai beaucoup cousu ado pour me faire des tenues pour sortir et je m’y suis remise à la naissance de mes jumelles. C’est tout d’abord pour avoir des vêtements uniques, qui me correspondent ainsi qu’à mes enfants, dans des tissus de mon choix. J’en tire la satisfaction d’avoir créé des choses pour ma famille mais aussi pour des cadeaux de Noël, de naissance, pour les anniversaires des petits copains… Pour moi, c’est à la fois une mode, un truc « anti-crise », et une conviction ! Si c’est économique ? Oh oui ! λ

Son astuce

Choisir de jolis rubans que l’on intègre pliés dans l’une ou l’autre des coutures à la manière de petits galons.

 

Recettes de nos témoins !

 

Le pain aux céréales « thermomix » de Gwendoline

 500g de farine multicéréales

300g eau

25g de levure

1cuillère à café rase de sucre

1 cuillère à café de sel

Verser l’eau dans le bol.

Mettre 2 minutes, à 37 degré, vitesse 2.
Incorporer la farine et le sel. Mettre 3 minutes, 30 degré fonction épi.
Sortir la pâte, former une boule et la poser dans un saladier recouvert d’un film plastique

Petite astuce, faire chauffer 3 minutes le four à 50 degrés, l’éteindre et mettre le saladier à l’intérieurpour faire lever le pain.

Laisser reposer 1h ou plus selon vos envies.
Bien rabattre la pâte et former son pain en boule ou allongée de la forme d’une cocotte.
Poser la pâte dans une cocotte enfarinée, la mouiller avec ses mains, faire des entailles dans le pain et mettre un peu de farine sur le dessus.
Fermer la cocotte, enfourner pendant 50 à 60 minutes à 240 degré.

Il ne vous reste plus que le plaisir d’ouvrir votre cocotte!

Le chutney de figues de Céline

 1 oignon rouge

300 g de figues fraîches

100 g d’eau

100 g de sucre

1/2 cuillère à café de cannelle
1/2 cuillère à café de poudre de carry
1/2 cuillère à café de poudre de gingembre

2 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
2 cuillère à soupe de vinaigre de framboise

 Rincer les figues.

Si leur peau est très abimée l’ôter sinon la conserver.
Hacher l’oignon assez fin. Hacher grossièrement les figues.
Dans une casserole, déposer oignon et figues.

Ajouter eau, sucre, épices : faire cuire à feu doux pendant environ 1/4 d’heure.

En fin de cuisson, incorporer les vinaigres. Bien mélanger et cuire encore 1 bonne minute.
Écraser les gros morceaux de figues non réduits

A conserver dans un pot à confiture

Excellent avec du foie gras ou des terrines

La mousse de carottes de Cécile

Pour 6 personnes

1 kg de carottes

2 œufs

2 cuillères à soupe de crème fraîche

1 demi-cuillère à café de noix de muscade

1 cuillère à café de cumin

1 brin de thym et de romarin (si vous avez !)

Sel et poivre

Eplucher les carottes et les couper en morceaux.

Cuire à la vapeur en cocotte minute environ 8mn avec le thym et le romarin.

Dans le bol à mixer placer : les carottes cuites et tiédies, le cumin et lamuscade, les œufs, la crème, le sel et le poivre.

Mixer le tout.

Beurrer un moule à cake, des petites cocottes ou des ramequins.

Remplir votre ou vos récipient(s) de mousse de carottes.

Cuire 30 mn au bain-marie, au four à 160°  pour les petits récipients. 45 mn pour le moule à cake.

Délicieux en accompagnement d’une viande.