Le goût de l’enfance

Des petits écoliers aux princes, il n’y a qu’une page à tourner, celle de l’enfance… C’est à l’heure du goûter que les amitiés et les premiers émois amoureux se créent. C’est là que l’on découvre les partageurs, les généreux, les crâneurs, les fourbes, les rancuniers, les tendres, les timides, les bagarreurs… Il y a ceux qui ne veulent pas partager leur précieux quatre heures – leur maman leur a-t-elle interdit ? Il y a ceux qui préfèrent se rassasier en jouant et qui en oublient leurs gâteaux… Même si les codes changent, selon les époques, la cour de récré offre un formidable aperçu de ce que seront ces enfants une fois adultes. Comme nous, ils s’exclameront en soufflant, le regard en arrière, « à mon époque, ce n’était pas comme ça » !

Ils se souviendront avec émotion des Snap, des tweets et surtout des emojis comme nous nous rappelons avec nostalgie les albums Panini et les tatouages Malabar. Cette fameuse époque que les vieux c… que nous sommes semblent parfois regretter, fait référence à nos premiers pas en société. Ces premiers pas
que l’on a faits à l’école, ceux qui nous ont permis de nous sociabiliser.

On dit souvent que les cours de récré sont impitoyables, comparées au monde des adultes.

Mais la différence, c’est que les enfants ne savent pas se taire et qu’ils balancent sans compter tout ce qui
leur vient spontanément à l’esprit, « toi t’es pas beau, tu sens mauvais, en plus, tu ne sais même pas la table des 9, et puis ma mère elle m’a dit de pas t’inviter à mon anniversaire, et toc ! ».

Finalement, heureusement que le monde des adultes fait perdre une part de spontanéité qui pourrait donner ça : « Toi t’es vulgaire, tu parles comme une mégère… va donc rejoindre le type là-bas et partez loin, que l’on ne vous revoie plus. » Évidemment, tout cela est trop cruel pour être dit, alors les adultes savent se taire et sourire, ce qui permet d’éviter bien des guerres inutiles.

Gardez le sourire, c’est la rentrée !