Les Blouses roses contre le blues

© Léonard de Serres © Léonard de Serres

Grâce à elles (et à eux, car quelques hommes en font partie), la vie est plus douce pour les patients, qu’ils soient en bas âge, ados, mamans à la maternité ou personnes âgées en maison de retraite. Mais qui sont donc les Blouses (et les Blousons) roses, que vous croiserez certainement en train de faire des paquets cadeaux ? 

 

On les reconnaît à leur blouse, relookée par Agatha Ruiz de la Prada, por favor, ou à leur blouson d’un joli rose qui adoucit et met du baume au cœur, même quand ça ne va pas très très fort. Par exemple, elles (ou ils) viennent dans tous les services de Clocheville – urgences, oncologie, dialyse… – avec  leurs livres de contes et assurent la transition entre le jour et la nuit, juste après le départ des parents (une animation intitulée « les marchands de sable »). Ou bien, elles arrivent avec leur matériel dans une maison de retraite ou une maternité, et animent une séance de tricot, une partie de jeu de société. Au total, 185 bénévoles, dont 7 hommes, sont dispatchés à travers le département, formant des équipes de trois à quinze personnes, qui interviennent, toujours sous la responsabilité des professionnels encadrants, dans dix maisons de retraite (à Tours, Saint-Avertin, Montlouis-sur-Loire, Luynes, La Membrolle-sur-Choisille, Semblançay, Joué-lès-Tours et Chinon), une unité de soins longue durée à Chinon, à la clinique Velpeau, à la maternité Olympe-de-Gouges, et à Clocheville, donc. Une visite toujours très attendue de la part des patients ; un succès qui remonte à loin : cette année, les Blouses roses ont fêté leur cinquantième anniversaire – les blouses étaient bleues à l’époque, et le resteront jusqu’en 1986.

 

Créatif et récréatif

« Notre but est de rompre l’isolement des gens en souffrance, indique Marie-France Ferrier, présidente des Blouses roses de Touraine. Nous apportons des loisirs créatifs à tous les âges de la vie. » Du bénévolat, certes, mais de qualité, insiste la présidente. Après un recrutement qui ne laisse rien au hasard, les bénévoles s’inscrivent dans un parcours-découverte qui les conduit dans différents établissements, avant de suivre une formation en psychologie, hygiène et activités manuelles. S’il y a peu de volontaires intéressés par l’action dans les maisons de retraite, la présidente enregistre tout de même beaucoup de candidatures. « Ce n’est pas facile, prévient-elle : il faut être capable de mettre de la distance, de gérer ses émotions, ce que l’on apprend lors des formations. » Si les retraités sont présents en majorité, on compte cependant quelques actifs parmi les Blouses et Blousons roses, qui s’engagent pour un an et signent une charte dans laquelle est rappelée la nécessité d’écoute, de partage et de disponibilité. Et il n’y a pas d’âge pour être disponible : la plus jeune Blouse rose tourangelle a 22 ans, la plus âgée 85 !

06 80 65 35 34 – blousesroses37@gmail.comwww.lesblousesroses.asso.fr

 

Du chœur à l’ouvrage

Jamais à court d’idée, Marie-France Ferrier a créé une chorale, malicieusement baptisée « Les Blouses Rothers ». Elle a entraîné dans sa bande 20 choristes pour interpréter de grands classiques de la chanson française, des Frères Jacques à Hugues Aufray, de Dalida à Gainsbourg, dans les différentes maisons de retraite dans lesquelles interviennent les Blouses roses.