Les défis santé, nouveau phénomène sportif des réseaux sociaux

Sport-Edith

Depuis quelques années, les défis sportifs et alimentaires fleurissent sur la Toile. Un mois pour oublier le sucre, pour se faire des abdos en béton ou pour avoir un ventre musclé. Une belle promesse, mais qu’en est-il vraiment ?
Zoé Pozini

Les réseaux sociaux ont une capacité sans commune mesure à créer des effets d’entraînement. Il suffit d’une vidéo, d’un hashtag ou d’un commentaire qui attire l’attention pour créer le buzz. Dans la même veine, on voit ainsi se multiplier les défis en tout genre, notamment dans le domaine alimentaire et sportif. Bonne ou mauvaise idée ? On fait le point.

Des challenges à foison

Il suffit de taper « défi 21 jours » ou « défi 30 jours » dans un moteur de recherche pour voir s’afficher une kyrielle de challenges vantant les mérites de telle ou telle formule et relayés par d’innombrables anonymes. Histoire de vous inciter à suivre le mouvement, il y a d’ailleurs toujours des billets ou vidéos d’internautes ayant fait le test et racontant comment cette expérience a changé leur vie. Surfant sur la tendance, les influenceurs fitness sont à l’origine de toute une panoplie de défis du type « push-up challenge » pour muscler épaules, bras et pectoraux, « squat challenge » pour s’attaquer aux cuisses et fessiers ou encore « skips challenge » qui propose d’obtenir un corps musclé en faisant de la corde à sauter. À chaque fois, il s’agit de répéter un même type de mouvement chaque jour, en augmentant graduellement le rythme et l’intensité, sur une période fixée le plus souvent à un mois. Dans un format axé diététique, on peut également citer le défi vegan 21 jours, un mois sans gluten ou un mois en supprimant cinq aliments blancs (sucre, farines raffinées, lait, sel et riz).

Motivé, motivé

Qu’il s’agisse de sport ou d’alimentation, l’objectif de tous ces défis reste le même : transformer votre corps et améliorer votre bien-être. Et pour ce faire, ces formules visent à vous faire prendre de nouvelles habitudes réputées meilleures pour vous.

À première vue, ces challenges sont une bonne affaire puisqu’ils vous proposent de suivre un planning d’entraînement ou de diététique gratuitement. De plus, le fait de s’engager moralement à tenir bon pendant un mois, un tout petit mois, est plutôt motivant. D’autant plus qu’avec les réseaux sociaux, on n’est jamais seul à en baver ! Que vous vous soyez lancé avec vos amis ou de parfaits inconnus, vous pourrez assurément partager vos déboires et réussites en ligne, afin de vous booster mutuellement. Et puis, pour ce qui est des défis sportifs en tout cas, il ne s’agit en général que de quelques minutes d’activité par jour, ce qui permet à tout le monde d’essayer.

Gare aux déceptions

Le revers de la médaille ? Ces challenges sont un peu comme les bonnes résolutions du Nouvel An, ils s’oublient vite ! Le premier écueil est en effet de croire qu’il suffit de vingt ou trente jours pour ancrer dans son quotidien un changement d’habitude. Les vrais spécialistes s’accordent tous à dire qu’il faut au contraire des mois de régularité pour prendre un nouveau pli. À la fin du défi, il y a donc toutes les chances de revenir à zéro, voire d’empirer la situation si vous vous êtes par exemple privé de certains aliments et que vous craquez à l’excès après. Côté résultats sportifs, le bilan n’est pas plus glorieux. Un tel entraînement, non encadré et sur une période de temps finalement assez courte, peut, au mieux, ne pas donner les effets escomptés et au pire provoquer un déséquilibre musculaire – en ne travaillant qu’une seule partie du corps – ou des blessures si les mouvements sont mal effectués.

Plutôt que de vous embarquer dans le premier challenge venu, tentez donc plutôt de modifier vos comportements sur la durée, en vous faisant si besoin aider par un professionnel.

Agir sur tous les fronts

Quitte à tester un challenge bien-être, autant en choisir un qui soit complet. Le « défi santé 5/30 équilibre » s’impose comme la référence au Québec depuis plusieurs années.

Soutenu par des collectivités, des professionnels et des associations, ce programme entend améliorer trois habitudes quotidiennes : manger mieux (en intégrant davantage de fruits et légumes à ses repas), bouger plus (en s’activant 30 minutes par jour) et garder son équilibre (en gérant son stress et en travaillant ses relations avec les autres).

Plus de 120 000 Québécois ont participé à ce défi santé du 1er au 30 avril 2018, avec le soutien de 600 municipalités et les services de garde de 200 écoles.