Les différences entre déprime 
et dépression

dark portrait

Déprime-dépression-edith-orléansDepuis quelques jours, vous n’avez plus le moral et vous fondez en larmes facilement ? Pas de doute, vous faites une dépression… ou tout simplement une bonne grosse déprime ! On a en effet souvent tendance à prendre la seconde pour la première. Alors, déprime ou dépression ? Apprenez à les distinguer.
D’un côté, il y a le stress et la pression, qui vont généralement de pair avec notre existence moderne, et qui nous incitent souvent à céder à la morosité ambiante et à déprimer ; de l’autre, il y a la dépression qui touche 20 % des Français durant leur vie et qui, au cours des dernières décennies, est devenue de plus en plus médiatique – au point qu’on l’a même surnommée « le mal du XXIe siècle ». Voilà sans doute la raison pour laquelle nous sommes parfois trop prompts à qualifier de « dépression » le moindre coup de blues. Pourtant, il est essentiel de différencier ces deux formes de mal-être psychologique.

 

 

Le blues et le bourdon

On appelle « déprime » un état passager qui se caractérise principalement par une baisse de moral, d’énergie et un sentiment de tristesse, parfois accompagnés d’un changement d’humeur et de troubles du sommeil. Si ces symptômes sont similaires à ceux de la dépression, ils sont ici beaucoup moins accentués et s’estompent plus vite. Bien sûr, si une déprime se prolonge trop, elle peut conduire à la dépression : il faut donc être vigilant et ne pas hésiter à consulter un spécialiste lorsqu’on a l’impression que ce que l’on pensait n’être qu’un coup de cafard dure depuis des semaines, voire des mois. À l’inverse, il ne faut pas s’empresser de coller l’étiquette « dépression » sur un léger coup de blues au bout de quelques jours. Car on ne soigne pas l’une comme on soigne l’autre !
Chasser la déprime
Il n’existe pas vraiment de traitement contre l’accès de déprime : si celui-ci est dû à des problèmes d’angoisse ou de stress, votre médecin pourra peut-être vous prescrire un léger anxiolytique, à prendre sur une brève durée, le temps que votre moral remonte. Vous pouvez aussi vous tourner vers des solutions plus naturelles, comme la phytothérapie : le millepertuis est ainsi une plante vivement conseillée en cas de baisse de l’humeur. Côté nourriture (car oui, il existe des aliments antidéprimes), pensez au chocolat ! La pratique d’un sport s’avère également bénéfique : l’activité physique favorise la production d’endorphines, les hormones du bonheur. Enfin, une cure de lumière peut constituer la solution : certaines personnes souffrent en effet de déprime saisonnière, due à la diminution hivernale de la durée d’ensoleillement. Une cure de luminothérapie est alors préconisée : il s’agit de séances d’une demi-heure à une heure au cours desquelles on s’expose à une lumière dont l’intensité et le spectre sont proches de ceux du soleil, mais dépourvus d’infrarouges et d’ultraviolets afin de protéger la peau et les yeux.
Identifier la dépression
La dépression est une véritable maladie mentale dont les conséquences peuvent être extrêmement graves : il convient donc de la prendre très au sérieux et de la traiter aussi rapidement que possible. Mais pour cela, encore faut-il être capable de la reconnaître. Il est en effet parfois difficile de déterminer la cause d’une dépression en l’absence de motivations évidentes : certaines personnes perdent tout simplement le goût de vivre. Néanmoins, dans la plupart des cas, la dépression possède une cause parfaitement identifiable, comme une rupture, un licenciement ou un décès. Parfois, les prémices de la maladie sont déjà là et l’un de ces éléments va servir de déclencheur. La dépression se caractérise par une immense tristesse qui peut se muer en un véritable désespoir ; une perte d’énergie et d’intérêt pour presque tout, y compris des activités jusqu’ici appréciées ; un sentiment de dévalorisation de soi ; des changements de personnalité (par exemple, quelqu’un de généralement calme fait tout à coup preuve d’agressivité) ; des problèmes de sommeil ou de poids (excès ou perte) ; des pensées très négatives voire morbides. Si vous présentez ces symptômes et qu’ils durent dans le temps, il est impératif de consulter afin d’être pris en charge le plus rapidement possible.

 

 

Avez-vous déjà été confronté à cela ?
Faites nous part de vos expériences ci-dessous !