Les effets du froid sur le corps humain

Les effets du froid-EdithO

L’hiver est là et, à moins de rester confiné chez soi pendant trois mois, il y a peu de chanceS qu’on échappe à ses aléas. Que provoque la baisse des températures dans notre corps ? Quelles sont les conséquences du froid sur notre métabolisme ? Et ses bienfaits ? On vous dit tout… V. B.

Personne ne réagit de la même manière à l’arrivée des premiers frimas hivernaux. Il y a celles et ceux qui trouvent le temps frisquet une fois passé sous la barre des 25 degrés et puis il y a ceux qui, à peine le thermomètre descendu, retrouvent leur âme d’enfant et se roulent dans la neige. Reste que le froid provoque un certain nombre de chamboulements internes, auquel le corps doit s’habituer.

Tous aux abris !

Face à un coup de froid, le corps humain se défend avec des premiers signes physiques : on frissonne, on a la chair de poule ou on claque des dents, les lèvres bleuissent et les muscles se contractent. Le froid rétrécit les vaisseaux sanguins et, si le sang irrigue moins le corps, celui-ci manque alors d’oxygène dans certaines parties.

Heureusement, de ses lointains ancêtres mammifères, l’organisme a hérité des mécanismes de défense et de régulation des échanges thermiques. Cette vasoconstriction entraîne une accélération du rythme cardiaque et respiratoire (s’accompagnant souvent d’une hypertension artérielle), ce qui maintient une température suffisamment élevée pour isoler les organes vitaux et les protéger. En revanche, si le choc thermique est trop important, le système thermorégulateur peut faiblir et demander un surplus d’énergie qui, s’il n’est pas suffisant, peut entraîner des complications dangereuses pour la santé.

Les mauvais coups du froid

Avec un temps pareil, vous avez envie de rester sous la couette toute la journée ? C’est normal, le manque de soleil et de vitamine D engendre une baisse d’énergie naturelle. La fatigue se fait sentir, au niveau musculaire d’abord mais aussi dans le système immunitaire, qui doit lutter davantage. On est souvent plus essoufflé et sujet aux migraines. Un des effets désagréables du froid est la propagation des maladies. L’inhalation d’air frais entraîne un refroidissement de la muqueuse des voies respiratoires supérieures, ce qui inhibe les mécanismes de lutte contre les virus. Si le froid ne fait pas, à proprement parler, tomber malade, il engendre un rassemblement de la population dans des espaces confinés, peu ventilés ou surchauffés, facilitant le partage des infections. Notons aussi les petits bobos liés aux températures glaciales : gelures plus ou moins impressionnantes, crevasses et autres sécheresses cutanées. Caractérisée par des frissons, une grosse fatigue et même une perte de connaissance, l’hypothermie en revanche, peut s’avérer bien plus dangereuse. Dans des situations extrêmes, elle peut entraîner un coma et provoquer la mort.

Et si on voyait le bon côté des choses ?

Malgré les idées reçues, le froid n’est pas seulement synonyme de danger et apporte son lot d’effets positifs sur le corps humain. Puissant antalgique utilisé depuis des siècles en médecine et notamment en cryothérapie, il calme la douleur et réduit l’inflammation. Comme il resserre les vaisseaux, il améliore la circulation sanguine en alimentant correctement les organes. Rien de mieux qu’une poche de glace sur une entorse ou une déchirure musculaire. Les basses températures ont aussi l’avantage de brûler les calories : notre corps cherche des moyens de rester au chaud, ce qui nécessite de plonger dans l’apport en graisses pour le carburant. En Scandinavie et dans les pays du Nord, se baigner dans l’eau glaciale est l’élixir de jouvence par excellence. Enfin, selon certaines études, le froid permettrait aux sportifs d’améliorer leur endurance et leur résistance à l’effort et pourrait favoriser le sommeil. On préconise ainsi une chambre peu chauffée (entre 15 et 19 °C) pour faciliter un repos profond et efficace.

Le saviez-vous ? Le froid rend aussi heureux

Parce qu’il rassemble les gens autour d’un bon dîner ou d’un thé chaud, parce qu’il réveille en nous les souvenirs d’enfance, ses jeux hivernaux et la promesse de sports de glisse extrêmes dans la neige ou parce qu’il apporte avec lui un air vivifiant synonyme de renouveau et de créativité, le froid peut être pour beaucoup une source de joie. Si l’on a évidemment un toit sur la tête pour se réchauffer…