Les enfants tombent-ils amoureux ?

amour

Ils se font des bisous sur la bouche, se tiennent la main et se font des câlins : les enfants aussi peuvent tomber amoureux. Une expérience qui permet de les faire grandir et de se détacher un peu de leurs parents. M.K.

Il n’y a pas d’âge pour aimer ! Dès leur plus tendre enfance, les enfants aussi peuvent avoir le cœur qui bat la chamade. On se souvient d’ailleurs tous de notre premier coup de cœur amoureux, même si l’on était haut comme trois pommes. Les premiers émois permettent aux enfants de se construire et de gagner un peu en indépendance vis-à-vis de leurs parents. Ces derniers sont d’ailleurs souvent inquiets et ne savent pas toujours comment réagir.

Oui, les enfants peuvent être amoureux

Avant l’âge de trois ans, difficile pour un enfant de tomber amoureux. En effet, avant l’entrée en maternelle, filles et garçons sont souvent « amoureux » de leurs parents : c’est le complexe d’Œdipe. Ce dernier leur permet d’organiser leurs émotions et leur affectivité. Mais, une fois à l’école, il n’est pas rare que les tout-petits ressentent des sentiments très forts pour un camarade. Ils ont déjà appris à s’attacher à leur entourage et sont donc capables de créer du lien avec d’autres.

Mais c’est surtout vers l’âge de 7 ans que l’on peut observer une attirance forte pour un garçon ou une fille. C’est le premier amour. Il ne faut surtout pas minimiser ni ridiculiser ces émotions qui sont souvent très sincères et réelles. Les enfants sont en effet capables d’aimer comme nous, avec beaucoup d’intensité. Seule différence avec un amour adulte : il n’existe pas chez nos bouts de chou de désir sexuel envers l’autre, en tout cas pas avant la puberté. Les enfants ne ressentent pas non plus d’inquiétude quant à l’évolution de leur relation car ils
ne se projettent pas.

Un premier signe d’indépendance

Chez l’enfant, le premier amour est aussi la preuve qu’il commence à se détacher de ses parents. Tout à coup, il porte de l’intérêt et des sentiments forts à quelqu’un d’autre que son papa et sa maman. C’est le signe d’un début d’autonomie et d’indépendance affective. Bref, cela démontre que votre enfant se construit normalement, tout simplement… À l’inverse, pas besoin de s’inquiéter si votre rejeton n’a pas d’amoureux ou d’amoureuse ! Chacun avance à son rythme et les premiers émois peuvent être beaucoup plus tardifs.

Dans tous les cas, le rôle des parents ne doit pas être intrusif. Si votre garçon ou votre fille ne vous parle pas de son coup de cœur, ne le forcez pas et respectez son jardin secret. Il le fera quand il ou elle se sentira prêt(e). Il ne faut surtout pas non plus culpabiliser son enfant et se montrer jaloux des sentiments qu’il peut accorder à d’autres. Au contraire, réjouissez-vous qu’il apprenne à aimer d’autres personnes que ses parents et ses frères et sœurs.

Il faut néanmoins rester vigilant si votre enfant s’embourbe dans une relation très exclusive et qu’il refuse de voir d’autres amis pour ne rester qu’avec son ou sa chéri(e). Il doit en effet savoir qu’être amoureux ne signifie pas tirer un trait sur sa vie sociale et ses amis. Encouragez-le à voir ses copains et copines pour qu’il ne soit pas frustré. Cela l’aidera aussi grandement dans ses relations amoureuses lorsqu’il sera adulte…

Comment réagir en cas de chagrin d’amour ?

Qui dit béguin dit forcément chagrin d’amour ! Eh oui, même très jeunes, nos enfants peuvent connaître une déception amoureuse. Évidemment, les enfants se remettent plus vite et leur tristesse ne dure guère longtemps. Mais si cela arrive, expliquez à votre rejeton que l’amour est un sentiment qui peut évoluer et qu’il aura bien d’autres amours tout aussi intenses dans sa vie.