Les secrets du baiser parfait

E17

S’il est souvent instinctif, le baiser a aussi ses propres règles : fougueux ou langoureux, bref ou long, tendre ou érotique… Il recèle de nombreux secrets que nous vous dévoilons. M.K.

Bien avant de passer sous la couette, le baiser est la première étape qui crée de l’intimité avec l’autre. Souvent maladroit ou timide, ce geste a pourtant de lourdes conséquences sur la suite de la relation : un baiser raté peut en effet nous inciter à penser que l’alchimie n’est pas bonne et qu’il vaut mieux passer son chemin. Mais ça, c’était avant ! Avant de connaître les secrets du baiser parfait…

Piano, piano…
Outre une haleine irréprochable (faut-il vraiment le préciser ?), le baiser parfait est d’abord une question de temps. Si le premier bisou est souvent fougueux et un peu gauche, on a généralement l’occasion de rapidement se rattraper.

Pour entrer dans la séduction et faire durer le plaisir, un bon baiser doit être lent ! Inutile de mettre la charrue avant les bœufs, on prend le temps de découvrir chaque millimètre de peau, de mordiller et de voir ce qui fait le plus réagir son partenaire. N’oublions pas qu’un baiser, hormis le petit bisou du matin pour se dire bonjour, peut aussi être un acte érotique, idéal pour faire monter la température. Savourez donc cet instant précieux, les yeux fermés bien sûr pour se concentrer davantage sur ses sensations plutôt que sur les mimiques de l’autre.

Du bon usage de la langue
Véritable cliché au-delà de nos frontières, le french kiss est pourtant un baiser langoureux que tout le monde nous envie. Et pour cause, embrasser avec la langue est souvent perçu comme un acte romantique et sensuel. Si l’on s’échange quelques millions de bactéries, on brûle aussi des calories (si, si) tout en faisant baisser le rythme cardiaque et donc la tension artérielle.

Mais le french kiss ne se pratique pas n’importe comment ! Pas question de faire de la spéléologie dans la bouche de son partenaire. Il faut rester subtil et sensuel, titiller l’autre sans être trop invasif. Pour un baiser langoureux réussi, on n’hésite pas non plus à utiliser les autres parties de son corps : on caresse les cheveux, la joue, le lobe de l’oreille, on serre la taille de l’autre contre soi, bref, on met tous ses membres à contribution pour avoir des petits papillons dans le ventre.

Le baiser du bonheur
Au final, un baiser réussi, c’est celui qui procure du bonheur aux deux partenaires. Le baiser a, à ce titre, des vertus insoupçonnées. Les lèvres étant une zone érogène pleine de nerfs, elles envoient des informations au cerveau au moindre contact. Le baiser permet alors de libérer la dopamine, l’hormone du plaisir, et d’entretenir le désir.

Nos petits bisous ont aussi le don de sécréter de l’ocytocine, une autre hormone du bien-être, qui provoquerait le sentiment d’attachement. C’est donc pour cette raison que les couples qui s’embrassent régulièrement seraient plus amoureux, ou en tout cas, entretiendraient davantage la flamme… À méditer !