L’important, c’est la rose 
de Noël

BONS PLANTS

De son nom savant Helleborus, la rose de Noël semble au premier abord fragile et frêle. Hé bien, détrompez-vous ! Elle a la particularité de braver le froid, les frimas et même la neige, au point de fleurir en plein hiver. 

La palette de couleurs de cette jolie fleur va du blanc pur au rouge, en passant par le blanc crème, le rose, le violet, le vert, le jaune, le pourpre ou même l’ardoise, sans compter celles qui sont veinées ou tachetées.

Elle inspire une jolie légende : un jour, une pauvre bergère voyant passer les rois mages chargés de cadeaux, pleurait de ne rien pouvoir offrir à l’enfant Jésus. Un ange compatissant transforma ses larmes en jolies fleurs qui devinrent des roses de Noël.

Mais l’hellébore a d’autres surnoms bien plus inquiétants. Appelée « herbe aux fous » dans l’Antiquité, les médecins croyaient alors qu’elle traitait la démence.

La mythologie pourrait conforter cette croyance. En effet, Héraclès était tombé fou sous le charme d’Héra, et il fut guéri miraculeusement par la rose de Noël.

Il faut dire, et cela est vrai, que l’hellébore est toxique, ce qui lui a valu d’autres appellations assez effrayantes comme « griffe du diable », « pied de griffon », « rose de serpent », « pain de couleuvre »… Pour son langage, elle est associée à un amour pressant, proche de la folie. Tout est dit…

Cela ne doit pas vous empêcher de couper ces fleurs et les mettre en vase. Elles tiennent très longtemps.

Le calendrier des soins au jardin

Début d’automne

• apporter une fumure organique,

• pailler le pied pour éviter que la boue ruisselle sur la fleur.

 

Fin d’hiver

• enlever les vieilles feuilles,

• diviser les touffes.

 

Milieu de printemps

• éliminer toutes les fleurs fanées,

• attention aux limaces, elles adorent les hellébores.