Lola et Émilien : Jeunes et branchés

img12

Unis à la ville comme au travail, Lola Lebredonchel, 26 ans, et émilien Bry, 32 ans, ont combiné leurs compétences pour fonder en mars 2017 l’atelier Les Branchés, une entreprise d’agencement sur mesure qui assure toutes les étapes de la conception d’un meuble, de la création à l’installation. Sébastien Drouet

Leurs parcours

En 2014, Lola a obtenu un master Design produit et espace à l’École supérieure d’Art et de Design (ESAD) d’Orléans, avant d’intégrer, dans le cadre d’une année de professionnalisation, Stadler Design Studio (Tours et Paris), où elle a travaillé dans le design d’architecture. C’est lors d’un stage à L’Estampille, entreprise fleuryssoise, qu’elle a rencontré émilien, menuisier-ébéniste de son état. « J’ai passé le master en parallèle, dit-elle. Émilien m’a aidée à aller au bout de cela. C’était notre premier projet… » Le jeune homme, passionné de travail manuel depuis toujours, avait obtenu en 2007 une licence d’économie avant de changer de voie pour laisser libre cours à sa créativité. Formé à l’AFPA de Chartres en 2010, il a été embauché ensuite à L’Estampille en tant que menuisier-prototypiste, avant de connaître un licenciement économique.

Le déclic

Le premier travail élaboré ensemble – le master – et le licenciement d’émilien, début 2016, les ont convaincus de se lancer dans une aventure entrepreneuriale commune. « Avant d’appliquer la complémentarité de nos disciplines, il y a eu la volonté de se retrouver ensemble, indique le jeune homme. C’est un projet de vie. » Dans leur précédente entreprise, les projets n’étaient pas suffisamment aboutis, selon eux, car il manquait toujours quelque chose d’un côté ou de l’autre. Réunis, ils apportent créativité, qualité, ergonomie, tout en se souciant des prix. Last but not least : « On était dans le jetable, les éléments de PLV ne servaient plus après. Nous voulions quelque chose de durable, d’éthique. »

Les difficultés

Comme toute entreprise qui débute, il faut partir de zéro, acquérir de la visibilité, se faire connaître en s’appuyant sur un réseau balbutiant. Par ailleurs, être une jeune femme dans le milieu du bâtiment a pu être source, sinon de problèmes, du moins de malentendus : « On me prend souvent pour la secrétaire, ou pour une décoratrice », sourit Lola.

Les aides

Avec une partenaire, Lola avait créé auparavant Allunettes, une petite entreprise de lunettes sur mesure (prix Créa Campus 2014). Même si la société n’a pas perduré, pour différentes raisons, savoir monter un business plan lui a resservi. Sans oublier les compétences économiques d’émilien ! Des personnes les ont aussi soutenus : Catherine Bazin, d’émergence design, Jean-Benoît Fusz, leur ancien patron de L’Estampille… Des institutions aussi, comme la Région à travers Centre actif, ou encore le réseau Initiative Loiret, grâce à qui ils ont obtenu des prêts, indispensables pour s’installer dans leur local, à la fois bureau et (vaste) atelier.

109, avenue Louis Gallouedec à Fleury-les-Aubrais
02 38 68 59 65 – www.atelierlesbranches.com

LES +

  •  Faire ses propres choix, être en adéquation avec ses valeurs.
  •  Travail à son image, sans être bridé, sans subir.
  •  Travail en circuit court, ce qui permet de contrôler la provenance des produits utilisés (bois au maximum locaux).

LES -

  • Risque, danger de se faire dévorer.
  • Risque aussi de se laisser envahir par le travail. « Il faut faire en sorte que l’entreprise ne prenne pas le pas sur notre vie privée », déclarent Lola et Émilien.