L’opticienne devenue styliste pour enfants

20121117_667b

À 32 ans, Céline a changé d’optique : elle a laissé ses montures pour se mettre à la couture. Un choix de vie qui lui va sur mesure. Rencontre.

 

Le teint hâlé, chaudement emmitouflée dans une veste en laine, Céline, de retour d’une virée solitaire en Guyane, savoure encore son escapade à 30 °C. Mais déjà, elle saisit ses bobines, qu’elle n’abandonne jamais bien longtemps depuis qu’elle a quitté le commerce de la lunette pour dérouler habilement le fil de sa nouvelle carrière : créatrice de vêtements pour enfants.

 

Qu’est-ce qui vous a incitée à ranger vos montures dans leurs étuis pour sortir votre machine à coudre ?

J’étais responsable d’un magasin d’optique dans le centre ville d’Orléans, qui a fermé à mon retour de congé mat. C’est alors que j’ai eu envie de me mettre à mon compte. Mon mari pouvant être muté à tout moment, j’ai décidé de faire une activité que je pourrais pratiquer n’importe où, et qui me permettrait de m’occuper de nos deux enfants. Comme je cousais déjà pour des amies, je me suis lancée, il y a trois ans.

 

Le choix d’une activité indépendante s’est-il imposé d’emblée ?

Après la naissance de mon fils, tout était prêt pour ma reprise de boulot, et là j’ai appris du jour au lendemain que le magasin fermait. J’avoue que ça m’a un peu refroidie de rester employée. Et surtout, je suis issue d’une famille d’entrepreneurs. J’ai toujours eu en tête de créer ma propre société. Au départ, je me suis appuyée sur un bon réseau de copines pour mes ventes à domicile, et maintenant je vends aussi via mon site internet.

 

Pourquoi des vêtements pour les enfants ? 

J’ai grandi dans les tissus, mon père avait une entreprise de textile dans le nord. J’ai appris à coudre avec ma maman, et j’adore ça. Ma collection évolue avec l’âge d’Augustin et Constance, mes petits mannequins, qui adorent les séances photos pour mon site !

 

Vous appréciez aussi d’être plus disponible pour eux ?

Heu… (rires). Oui, évidemment, je les adore, mais comme je suis à la maison, je ne me fais pas beaucoup aider. En réalité, je fais deux pleins temps !

 

Vous y retrouvez-vous financièrement ?

Oui, ça m’arrondit bien mes fins de mois. Et si je fais le compte, en rentrant à 20 heures tous les soirs, avec des frais de garde et de cantine, je ne gagnerais pas plus à la fin du mois.

 

Qu’appréciez-vous dans vos nouvelles conditions de travail ?

En optique, j’aimais bien le contact avec les clients et aussi toute la partie technique. Mais ce qui me passionne aujourd’hui, c’est l’aspect créatif. Je modernise des modèles classiques, je personnalise, j’invente. Et comme je suis hyper indépendante, ça me convient de pouvoir bosser à mon propre rythme. λ

 

Pompon et Minette, collection de 0 à 8 ans. 06 12 21 82 44 – www.pompon-et-minette.com – commande@pompon-et-minette.com