Marine Guérineau : La meunière ne dort pas !

Marine a rejoint l’exploitation céréalière de ses parents, à Frapuy, près d’Attray. Là-bas, 1/5e de la production familiale de blé est TRANSFORMÉE en farine (blanche, semi-complète, complète). Meunière : un métier débuté en même temps que celui de maman…

Son parcours

Bac STG comptabilité en poche, en 2009, Marine se dit que finalement, passer sa vie derrière un bureau n’est pas pour elle. Après des stages en institut d’esthétique, elle repart à zéro dans ce domaine, décrochant tour à tour CAP, bac pro et BTS en alternance. Vendeuse en produits de beauté, place d’Arc, elle devient gérante d’un magasin dans ce domaine à Chartres, puis Rambouillet, avant un retour à Orléans. Le besoin d’avoir une vie de famille se faisant sentir, elle prend alors la tête d’un magasin de prêt-à-porter à Pithiviers en 2017. En parallèle, elle mûrit un nouveau projet avec son conjoint, agriculteur qui, comme ses confrères, a connu une année précédente difficile.

Le déclic

« Nous nous sommes alors dit qu’il fallait se diversifier. » En décembre 2017, elle découvre une marque de moulins sur un salon. C’est
le déclic. « Nous sommes allés en famille jusqu’au siège de l’entreprise, à Valence, avec 60 kg de blé que nous avons transformés. » La décision est prise, Marine se lance dans une nouvelle activité. Le moulin arrive en juin 2018, pendant son congé maternité dont elle profite pour se plonger dans l’administratif. En septembre, elle devient maman… et meunière. À noter : aujourd’hui, Marine, qui vend
sa farine sur la ferme ou par le biais de revendeurs, propose aussi des préparations pour gâteaux, comprenant sa farine bien sûr, mais aussi le sucre de la Sucrerie de Pithiviers.

Les difficultés

En tant que femme, ce métier demande plus qu’à un homme : « Il faut que je prouve aux gens que je suis crédible, alors que j’ai toujours travaillé à la ferme pendant toutes mes vacances. » Ses difficultés, ce sont aussi celles de l’agriculture en général, dépendante du climat. Difficile aussi d’obtenir un prêt pour l’achat du moulin, car il est impossible de déterminer des rentrées financières fixes.

Les aides

Le soutien familial prime avant tout ! La solidarité aussi ; la maman de Marine vient l’aider à faire la farine, et Marine donne un coup de main l’été pendant les récoltes. Par ailleurs, elle bénéficie d’un soutien financier de la part du Pays Beauce Gâtinais, au titre de circuit court.

Frapuy, à 3 km d’Attray  (15 mn de Pithiviers) – 06 45 54 65 05
Sur Facebook : Ferme de la Manne

 

Le +
L’équilibre parfait trouvé entre son métier et sa vie de famille

Le –
La partie administrative : « On a mis six mois à faire toutes les démarches. »

Sébastien Drouet

(Visited 35 times, 1 visits today)