MATCH : VEGGIES VS VIANDIES

Voilà un sujet qui divise, doit-on consommer de la viande ou au contraire la bannir de nos repas ?

Il y a conflit, même si l’équipe VEGGIES est sous-représentée (5 % de la population française), sa parole porte. Elle est d’une velléité en forte progression et le match qui les oppose aux VIANDIES est ponctué de disputes et par conséquent très disputé.

Image par image je regarde donc ce match où chacun se renvoie la balle et je tente de me faire un avis en analysant quelques extraits de la rencontre.

SERVICE VEGGIES : l’homme ne doit pas se considérer comme l’espèce suprême car il n’y a pas de hiérarchie concernant les êtres vivants, il n’a aucun droit de vie ou de mort sur tel ou tel animal.

RETOUR VIANDIES : l’homme n’est pas le seul à tuer des animaux pour satisfaire ses besoins alimentaires, nombre d’espèces y ont recours, à commencer par les animaux domestiques qui nous entourent car entre deux caresses, ce sont quelquefois de féroces prédateurs.

COUP DROIT VEGGIES : l’écologie est un sujet prioritaire, il y a urgence à taper dans la butte, la planète s’inquiète, sa peau s’assèche, le soleil fait les trois huit et les glaciers fondent en larmes. La mise en place d’élevages intensifs qui augmentent considérablement la malfaisance des gaz à effet de serre est à éradiquer immédiatement.

AMORTIE VIANDIES : ce sont les éleveurs et les agriculteurs qui sont les jardiniers de la planète, que son fard soit jaune ou vert selon les saisons, ils détiennent les clés de la boîte à beauté de notre terre et le ciel en est témoin.

LOB VEGGIES : la santé est menacée par les toxines contenues dans la viande, elles favorisent les douleurs articulaires ; la suppression de la viande, outre la limitation des risques de diabète, réduit également les effets du stress.

SMASH VIANDIES : Si le stress des légumes n’existe pas, pourquoi chercher des appellations de recettes copiant la viande : steak de soja, hamburger de légumes etc… Et puis après tout le régime du « 100 pour sans » est fortement générateur de produits transformés non ?

Qui va gagner le match ? J’avoue humblement que j’ai du mal à m’y retrouver, n’étant pas porté sur les postures belliqueuses, je serais plutôt un adepte du « NO KILL ». J’aime la terre qui porte mes enfants, mais au regard de mes habitudes, force est de constater que tous paramètres confondus, ma parole ne vaut pas tripette. Je ressemble plus à un dangereux psychopathe qu’à un honnête citoyen. La vérité, c’est que je suis un serial killer des arbres car je ne lis que des livres en papier, un multirécidiviste qui est capable d’écrire des pleines pages sur un bloc, un pollueur invétéré qui privilégie les disques vinyles aux téléchargements. 

Non rassasié de ces péchés rédhibitoires, je vous confesse qu’il m’est arrivé de dévorer une demi-côte de bœuf à moi seul. L’arbitrage est extrêmement délicat. On le voit, le chemin vers la perfection est sinueux, une petite voix me dit « tais-toi et mâche. »