Natacha Jauffret : Créatrice – ça va de soie !

E13

Elle vient de fêter ses 30 printemps… et elle rayonne ! Des Beaux-arts à la Chine, en passant par Dior, Natacha a trouvé son credo dans la douceur de la soie qu’elle multiplie au carré sous des cieux numériques des plus originaux. Avec elle, la mode est indissociable de l’art. Des noces somptueuses dont elle nous conte l’histoire. Son histoire ! Philippe Chastanet

 

Son parcours

C’est à Orléans qu’elle a vu le jour mais c’est à Angers qu’elle a poursuivi ses études. Une ville dont Natacha se souvient encore de la douceur ambiante. Dans la cité d’Hervé Bazin, elle suit les cours de l’école supérieure des Beaux-Arts, option design architecture d’intérieur. Au terme de sa 4e année, direction Paris, pour un stage de deux ans dans la prestigieuse maison Dior, avenue Montaigne, où la jeune fille à la sensibilité exacerbée devient designer visuel merchandising. « Concrètement, je dessinais les vitrines parisiennes et internationales de la marque. » Ce sera le déclic !

Le déclic

« Au fil de ma mission, tout mon travail s’est orienté vers la mode ! » se souvient Natacha. Et ses premières créations personnelles n’allaient pas tarder à voir le jour… Des créations atypiques réalisées exclusivement avec des matériaux de récupération trouvés dans des bennes et dans des casses. Naissent alors d’improbables casques tissés en câbles, des chaussures en bois, une tunique en bâche et une incroyable robe sonore en… haut-parleurs. Suit tout naturellement un premier défilé dans un hôtel particulier angevin. La soie entre alors comme par magie dans son insatiable créativité pour voyager sur des circuits imprimés éternisés sur des foulards et carrés aux séries très limitées (rarement plus de 15 exemplaires). À son retour à Orléans, après une parenthèse en Chine, la demoiselle décide d’ajouter le dernier maillon à la belle histoire et de créer, avec un zeste d’impertinence, sa propre marque : And So Voilà !

Les aides

Pour mener à bien cette nouvelle aventure, Natacha s’est rapprochée de la CCI du Loiret et effectue une formation de création-reprise d’entreprise pendant trois mois à Montargis. Parallèlement, elle a bénéficié d’une aide d’Initiative Loiret. « Mon projet a mûri pendant neuf mois avec une naissance en décembre 2014. » Après un nouveau break de 365 jours, et une escale chez Zara à Paris, elle se consacre, aujourd’hui, totalement à ses créations sur soie (et plus récemment des nœuds papillons mixtes !), avec une collection par saison qu’elle peaufine dans le secret de l’espace qu’elle partage avec le photographe Ludovic Letot.

Les difficultés

« Le plus difficile est… de se faire connaître. Surtout dans le milieu de la mode ! admet Natacha. On n’est pas à Paris et, en province, les gens osent moins ! Mais il y a du mieux et c’est plutôt encourageant… Orléans commence à s’affirmer ! »

 

Infos

http://www.andsovoila.com
Modèles disponibles dans les boutiques orléanaises :
Entre parenthèses, 4, rue Courcaille, et Revolt, 11, place de la République.

 

LES + :
« Avoir créé ma propre marque et vivre de ma passion ! » Au chapitre des « plus », Natacha cite également les rencontres. « Dans une ville moyenne, elles sont plus aisées et j’ai été ravie d’avoir été choisie comme ambassadrice du Loiret ! »

LES – :
Les périodes de doute. « Elles sont parfois inévitables, surtout quand on travaille seule… mais il faut toujours croire en ses rêves et s’accrocher ! »