Orgasme cérébral : pour le cerveau, c’est le pied !

e7

Stressée, fatiguée ou insomniaque ? Testez donc l’orgasme cérébral ! Sur internet, les vidéos de sons familiers censées nous relaxer profondément se multiplient. Une expérience sensorielle inédite qui fait du bien à notre cerveau mais qui n’a rien à voir avec le sexe. M.K. 

Le cinq à sept a bien changé ! Fini les rendez-vous improvisés sous la couette pour prendre son pied. Désormais, l’extase est cérébrale : sur Internet, des centaines de vidéos de craquements, de bruissements et autres murmures circulent pour provoquer une sensation de détente extrême. Ici, rien de sexuel mais le concept semble convaincre des milliers d’adeptes. Un phénomène que la science a pourtant encore du mal à expliquer…

Orgasme cérébral, quèsaco ?

ASMR, pour Autonomous Sensory Meridian*. Derrière cet acronyme se cache un sentiment de plénitude et de lâcher-prise extrême, comme si le cerveau était plongé dans un état second. Cet « orgasme cérébral » pourrait rappeler à certains la sensation que l’on a, par exemple, lorsqu’on nous masse le cuir chevelu, lorsqu’on nous caresse la nuque ou le creux du bras.

Chez ceux qui l’expérimentent régulièrement, on observe des frissons qui parcourent toute la colonne vertébrale, des picotements sur le crâne ou aux extrémités du corps. Si l’ASMR n’est pas, pour l’instant, un fait reconnu scientifiquement, le phénomène convainc ceux qui ont besoin de méditer, qui ont des troubles du sommeil ou qui ont du mal à déconnecter du quotidien.

Des vidéos pour atteindre le septième ciel

En pratique, l’orgasme cérébral intervient grâce à des stimuli visuels, auditifs ou cognitifs. Sur la Toile, on peut visionner des centaines de vidéos (surtout américaines puisque l’ASMR est né aux États-Unis) qui durent généralement une vingtaine de minutes et dans lesquelles on répète des « triggers », c’est-à-dire des déclencheurs.

Il peut s’agir de craquements, de frottements, de soufflements, de chuchotements, du froissement d’un emballage, d’un tapotement d’ongles… Bref, les gestes menant à l’orgasme cérébral sont multiples et variés. Si, pour certains individus, ces bruits peuvent être crispants et irritants, pour d’autres, ils sont synonymes de détente extrême et de relaxation, au point même qu’ils en deviennent accros ! Mais cette expérience sensorielle n’a rien à voir avec le plaisir sexuel. Quand ce dernier fait monter l’excitation, l’ASMR, lui, au contraire, apaise et calme.

Un phénomène encore inexpliqué

Hypnose, méditation, relaxation ou expérience physique, difficile de donner une définition exacte de l’orgasme cérébral. C’est en effet encore un phénomène inexpliqué par la science. Seule piste pour l’instant exploitée : le lien entre ces stimuli et les connexions nerveuses et cérébrales. D’autres s’intéressent à l’éventuelle libération de sérotonine et d’ocytocine (l’hormone du bonheur) provoquée par les sons. Reste à savoir aussi pourquoi certaines personnes y sont plus réceptives que d’autres.

Quoi qu’il en soit, même si l’on ne parvient pas encore à expliquer l’orgasme cérébral, il n’empêche qu’il apporte une aide quotidienne précieuse à tous les angoissés, les stressés ou encore les insomniaques. Si tel est votre cas, on ne saurait que trop vous conseiller d’en faire l’expérience avec plusieurs sons et de profiter des bienfaits de l’ASMR si vous y êtes réceptif…

*Réponse automatique des méridiens sensoriels