Pour des bords de Loire plus propres

o14

« Je nettoie ma Loire » est un rendez-vous régulier : chaque mois, des bénévoles se retrouvent sur les rives du fleuve pour en ôter les déchets. Onze tonnes ont été collectées en trois ans. C’est autant de moins dans le paysage… Chacun est invité à donner un coup de main. Sébastien Drouet

 

I’idée est partie d’un constat, simple : les rives de Loire sont sales. Pas moyen de pique-niquer sans tomber sur des détritus. Plutôt que de laisser aux autres le soin de nettoyer – on risquerait d’attendre longtemps –, Maddy Amorim, présidente de Temps Danse Loire, a créé un rendez-vous régulier, consistant à débarrasser les bords de Loire de tous les polluants qui s’y agglutinent. Mais l’action a aussi des vertus pédagogiques. « Désormais, elle vise surtout à sensibiliser, explique Maddy. Au début de l’opération, on explique les consignes à respecter vis-à-vis de la faune et de la flore, puis au cours du nettoyage, des questions sont formulées, auxquelles nous répondons. » D’échange en échange, les a priori tombent : « Tout ce que l’on ramasse n’est pas forcément dû à l’incivilité, jeté consciemment par les gens. Il y a des choses perdues, charriées par la Loire, ou d’autres qui se retrouvent là par erreur, comme des lingettes et des cotons-tiges, jetés là où ils ne le devraient pas, ce qui a entraîné des erreurs dans le système d’aiguillage. Pour nous, c’est important de ne pas montrer des “coupables” du doigt. Nous préférons faire en sorte que chacun s’interroge sur son mode de consommation. »

À vos gants, prêts, partez !

Chaque séance, d’une durée de deux à trois heures, voire plus, s’achève par une sensibilisation visuelle : le produit de la collecte est mis en commun (150 à 200 kg rien qu’à Orléans), et un tri est opéré avant que l’ensemble ne rejoigne une benne prêtée par la Ville. « Nous rappelons alors les consignes de tri, et on se rend bien compte qu’il y a besoin de refaire tout un travail d’information… » À la décharge, si l’on peut dire, des consommateurs, précisons que le tri n’est même pas bien maîtrisé, ou du moins pas clairement expliqué, par ceux qui sont censés l’organiser (lire le dossier d’Edith 67) !

« Je nettoie ma Loire » n’est pas menée qu’à Orléans (départ du pont George V, rive droite ou rive gauche) : Saint-Jean-de-la-Ruelle, Saint-Jean-de-Braye et Jargeau accueillent elles aussi des groupes de bénévoles, tenus au courant par le biais de la page Facebook de l’association ou de son site web. Au total, une centaine de personnes chaussent les bottes et enfilent les gants. Attention, ces derniers sont obligatoires ; des vrais gants de jardinage, bien rembourrés, pas des gants de vaisselle !

Si les dates sont connues longtemps à l’avance – les opérations ont toujours lieu un dimanche par mois à 14h – les lieux de rendez-vous, en revanche, ne sont annoncés qu’une à deux semaines en amont ; de la part des organisateurs, un repérage préalable est nécessaire, afin de vérifier la nécessité d’un nettoyage et l’absence de danger pour le groupe de courageux. 

Prochaines opérations : 17 juin, 15 juillet, 26 août, 16 septembre.
Pour connaître les lieux, rendez-vous sur Facebook (@jenettoiemaloire) ou sur  le site web de l’association :
http://jenettoiemaloire.wixsite.com