Pour Isabelle : l’affaire est dans le pack !

E15

Aider les entreprises à convaincre leurs futurs recrutés qu’il fait bon vivre à Orléans, c’est le but d’Isabelle de Bussac à travers Jobpack : un coffret qui comprend des goodies, des bonnes adresses, un code d’accès à une plateforme web… Le fruit d’une intense réflexion, et d’une expérience personnelle. Sébastien Drouet

Son parcours

Née à Angers en 1973, Isabelle a suivi son père officier de marine dans de nombreuses régions avant de se lancer dans des études en gestion d’entreprise à Paris II, puis en histoire de l’art. Au final, elle s’est inscrite en troisième cycle de gestion du patrimoine culturel pour travailler dans ce domaine. Mais c’est plutôt dans la communication qu’elle a œuvré pour de grandes agences en France et en Pologne, où son mari ingénieur en télécoms avait été nommé. « J’ai monté de grands projets à partir de rien, c’était très motivant », sourit-elle. Des projets… et des entreprises : la première produisait des vêtements en lin. La deuxième, à son retour en France, s’occupait de communication et de marketing pour un réseau d’entreprises du textile. Elle a continué après son aménagement à Orléans, mais a ressenti le besoin de travailler localement. Ce qu’elle a fait au sein de l’Association pour le progrès du management, où l’animatrice a entendu régulièrement les dirigeants faire état de difficultés pour attirer et garder les nouveaux recrutés.

Le déclic

« Je suis partie d’un besoin qui me rappelait mon vécu », dit-elle. Et pour cause : Isabelle, qui a connu beaucoup de déménagements, a gardé en tête la solidarité des femmes de militaires qui ont l’habitude de partager les bons plans avec les nouvelles venues. Autre chose : son arrivée à Orléans en provenance des Yvelines, il y a cinq ans. Elle s’est alors dit : « On manque d’outils pour aller à l’essentiel, il n’y a pas d’entrées vers les bonnes choses à faire ici. » Pas d’accueil comme elle en avait eu en arrivant à Varsovie, pourtant pas la ville la plus fun, a priori. « On nous a conseillé d’y passer un week-end avant, et on en a gardé une image très positive. » Sa petite famille y restera six ans. La création des packs (il en existe plusieurs sortes) a découlé de ces souvenirs…

Les difficultés

On ne va pas en mettre là où il n’y en a pas, Isabelle, avec son expérience, ayant anticipé les éventuels pièges et traquenards. Là où il faut appuyer au démarrage, c’est sur la communication, le produit étant totalement nouveau. Mais dans ce domaine non plus, notre interlocutrice n’est pas sans atout dans sa manche…

Les aides

En réfléchissant bien, c’est une discussion avec Nathalie Renaudeau, DRH chez LVMH Recherche, qui a tout déclenché. De même, une aide bienvenue a été apportée par Laetitia Pinault, de Mr Bricolage, dans la réalisation des entretiens menés auprès des dirigeants. Ces derniers ont permis à Isabelle d’affiner son offre, de compléter les différents packs qu’elle vend aux chefs d’entreprise. Et comment oublier le Lab’O, où elle est installée depuis septembre 2017, qui aide les start-up au quotidien ? Comment ne pas citer enfin Blandine Le Roy, qui l’a rejointe en septembre et l’épaule sur l’opérationnel ? Blandine fait partie des Welcomers, cette communauté mise à disposition des arrivants pour les aider à s’intégrer à leur vie (et à leur ville) nouvelle…

www.jobpack.fr

 

LES +
• La liberté d’action.
• L’autonomie de décision.
• La puissance du réseau.

LES –
« Il faut avoir un peu d’autonomie financière, avoue Isabelle. Il n’y a pas de salaire qui tombe tous les mois. »