Sandrine et Jordane Miss autrement

20130123_005

Trop petite ou trop ronde, elles ne répondaient pas aux canons imposés dans les concours. Sandrine et Jordane ont pu cependant devenir de très officielles « Miss ».

La revanche d’une blonde. Spectatrice intéressée de l’élection de Miss France « classique », Sandrine, infirmière puéricultrice de 32 ans, découvre un jour, dans un magasin de prêt-à-porter grandes tailles de Chartres, un flyer sur l’élection de Miss Ronde Centre. C’est l’occasion ou jamais de dépasser cette peur de dévoiler son corps. Même si, lorsque vient son tour de se présenter devant le jury, elle a la tentation de se couvrir du paréo autorisé. Mais une des autres concurrentes l’en dissuade. « Ce serait dommage de ne pas en profiter », lui dit-elle pour la convaincre. « Je suis là pour assumer », se persuade finalement la jeune femme. Quelques instants plus tard, elle arrive en maillot de bain, avec son mètre soixante-quinze et ses rondeurs.

Bien lui en prend, car ce soir-là, elle est sacrée « Miss ronde Centre 2012 ». « Un moment de pur bonheur », se souvient la jeune femme.

Cette candidature à un concours, où ses rondeurs qui l’ont longtemps complexée ont été son atout principal, est donc le fruit d’un long travail sur elle-même, comme le confie Sandrine. Victime de moqueries et de vexations depuis son enfance, elle a rapidement adopté des mécanismes de défense et des rituels qui lui permettent – à la plage ou à la piscine notamment – d’en montrer le moins possible. Défiler pour le concours de « Miss ronde Centre 2012 » a ainsi été « une revanche sur tous les regards méprisants que j’avais pu subir ».

Princesse XS. Mannequin professionnel, pour M6 boutique essentiellement, où elle présente des bijoux de luxe, Jordane rêve, depuis longtemps, d’être une « Miss ». Sa « petite » taille – 1,63 m – lui interdit d’accéder au concours le plus prestigieux. Cependant, Pascal Boudard, président du comité Miss XS Centre, repère des photos de Jordane et l’invite à présenter sa candidature. Il y a un an, elle est élue Miss XS Centre 2012. Elle échouera au pied du podium – quatrième, « la plus mauvaise place », confie-t-elle avec dépit – au concours national quelques mois plus tard.

Le 30 janvier, en attendant de pouvoir se représenter en 2014 – et tenter cette fois une place sur le podium national –, elle a remis sa couronne en jeu pour le concours 2013 qui s’est déroulé au W, la discothèque du Châtelet à Orléans dirigée par son papa, Patrick Bonnefon. Il n’est pas rare d’apercevoir, le week-end, la jeune et belle mannequin au vestiaire ou derrière le bar. λ
www.missronde.fr
www.missxs.fr

Sandrine Fouchet, Miss ronde 2012, et Jordane Bonnefon, Miss Xs 2012, vont bientôt remettre
leur titre aux nouvelles Miss 2013.