Sexe, amour et allergie

Fotolia_95063527_Subscription_XXL

Les réactions allergiques peuvent gâcher bien des moments de la vie, y compris les plus intimes. Gros plan sur ces intolérances qui s’immiscent jusque dans nos échanges amoureux…

 

Certes rares, les allergies au sexe existent bel et bien. Souvent méconnues, trop rarement dépistées, bien souvent cachées, elles sont pourtant à surveiller de près, tant pour soi que pour son partenaire. Seul un diagnostic précoce permet en effet d’éviter des situations gênantes, frustrantes et parfois même dangereuses. Quels sont les facteurs allergisants ? Que risque-t-on ? Comment faire face ? Voici tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les allergies intimes, sans jamais oser le demander…

 

L’allergie au baiser

S’il n’existe pas, à proprement parler, d’« allergie au baiser », on peut toutefois souffrir d’une réaction allergique à l’issue d’une tendre embrassade. En cause : une allergie de contact liée à une prise alimentaire. C’est la présence de l’allergène dans la salive du partenaire qui va alors provoquer une réaction d’ordre cutané (démangeaisons, rougeurs, urticaires), respiratoire (asthme, rhinite), voire, dans les cas les plus graves, un choc anaphylactique, pouvant entraîner des complications sévères. Pour éviter le pire, il est nécessaire d’avertir son partenaire de son allergie afin qu’il évite de manger certains aliments avant tout baiser. L’attention doit être d’autant plus grande que les allergènes restent actifs plusieurs heures après l’ingestion de l’aliment allergisant. Et même le plus consciencieux des brossages de dents ne permet pas d’éliminer totalement les intrus !

 

L’intolérance au latex

Le préservatif constitue à ce jour la seule méthode efficace de prévention des maladies sexuellement transmissibles (MST), à commencer par le sida bien sûr, mais également l’herpès, l’hépatite B, la candidose et la chlamydiose. Il constitue également un bon moyen de contraception, à condition de bien respecter ses règles d’utilisation, de l’employer à chaque rapport et quelle que soit la date du cycle, tout en suivant bien les recommandations de mise en place et de retrait. Seulement, pour certains allergiques, son utilisation doit être précautionneuse. Le latex qui compose le préservatif peut effectivement être source d’allergie. Apparaissant à tout âge, cette affection touche majoritairement les femmes. Conjonctivite, rhinite, asthme, urticaire, oedème de Quincke et parfois choc anaphylactique : les symptômes sont très divers et parfois très handicapants. La solution : utiliser des préservatifs en latex déprotéinisé ou en polyuréthane* qui présentent les mêmes avantages que les condoms classiques sans les risques d’allergie. Il est également important de signaler systématiquement son allergie à son médecin, gynécologue, dentiste, chirurgien ou anesthésiste et d’éviter toute utilisation d’objet contenant du latex (ballons, lunettes de natation, grips de raquette de tennis…). Et attention aux allergies croisées ! Être intolérant au latex, c’est aussi pouvoir être allergique à certains aliments comme la banane, le kiwi, l’avocat ou la châtaigne…

Asthme et sexualité

Difficultés à respirer, diminution de la durée et de la fréquence des rapports, interruption de l’acte, crise d’asthme pouvant aller jusqu’à une diminution du désir sexuel… : en raison de tous ces facteurs, un asthmatique sur trois est gêné dans sa sexualité à cause de sa maladie**. Et les difficultés sont encore plus importantes quand il s’agit de produire un effort physique pendant le rapport, ou encore de se placer en position allongée sur le dos. Une sexualité épanouie est pourtant possible pour les personnes asthmatiques ! Elle passe par un contrôle de son asthme et un suivi assidu de son traitement.

 

L’allergie au sperme

Pris indépendamment, les symptômes de cette allergie peuvent être confondus avec d’autres infections locales. Mais la soudaineté de leur apparition et de leur disparition permet de suspecter l’allergie au sperme. Les symptômes peuvent être différents d’un cas à un autre : irritations, douleurs abdominales, gonflements de la zone génitale, oedèmes de Quincke, avec de possibles chocs anaphylactiques. Le moyen le plus sûr de prévenir les manifestations allergiques est d’utiliser un préservatif. * Ces préservatifs peuvent être achetés en pharmacie. ** Enquête Asthme et sexualité, menée par le Dr Michèle Pujos- Gautraud et publiée dans Réseaux respiratoires, décembre 2005..