Shoes Addict

MELLOWYYELLOW 179€ MELLOWYYELLOW 179€

Bottines, ballerines, talons aiguilles, baskets… Pourquoi nous font-elles perdre la tête ? Quelle humeur se cache derrière le choix de nos chaussures ?

 

On dit souvent que les femmes n’en font qu’à leur tête. C’est pourtant leurs pieds qu’elles cherchent à habiller à longueur de journée.

Selon Freud, le pied serait le symbole de la puissance chez la femme. Serait-ce donc l’explication de notre obsession ? D’après plusieurs études, nous achetons plus de chaussures que les Américaines ; nous possédons en moyenne plus de neuf paires de chaussures, alors que les hommes se contentent de six.

Pour elles, nous ferions n’importe quoi. Elles ont le pouvoir de nous faire mentir : on n’avouera pas le prix de la dernière paire qui nous a fait craquer, on culpabilise ! Quand on les veut, on est prête à les acheter un peu trop grandes, on rajoute une semelle, et le tour est joué. Il n’est pas rare de laisser certaines paires dans leur boîte, et on ne les portera finalement jamais ! Alors que d’autres sont presque devenues des doudous dont on ne veut pas se séparer malgré leur état d’usure… On les aime toutes : plates, à talons, plateformes, compensées… Difficile de choisir, pourvu qu’elles soient confortables ! Quoique certaines fanatiques, outre-Atlantique, vont jusqu’à succomber au syndrome de Cendrillon et passent à la chirurgie du pied pour glisser leur attribut dans les escarpins de leurs rêves.

Si nous les achetons sur un coup de cœur et rarement après mûre réflexion, comme l’indique Corine Lett sociologue, auteur d’une étude intitulée Les Femmes et leurs chaussures, aux éditions Kawa, nous ne choisissons pas par hasard la paire que nous chaussons le matin. Cela sera le révélateur de notre état d’esprit. Talons aiguilles, ballerines, baskets… « La chaussure est un marqueur de statut social et aussi le reflet du degré de féminité que l’on veut donner en société, poursuit la sociologue. Elle reflète les différentes facettes de l’image que les femmes ont envie de montrer. »

 

Regarde mes chaussures, elles te diront qui je suis

Une équipe de chercheurs américains du Kansas a mené une étude sur « la formation d’une première impression ». Ils ont présenté à 63 de leurs étudiants des photographies de chaussures d’un échantillon de volontaires. Les étudiants devaient deviner les traits de caractère et la catégorie sociale de chacun d’eux. L’enquête conclut que nos chaussures sont des « indices non verbaux porteurs de messages symboliques ». Les calmes porteraient plutôt des chaussures inconfortables, les bottines seraient un signe d’agressivité, et les modèles considérés comme neutres seraient réservés aux introvertis. L’extraverti choisit des couleurs vives, l’anxieux prendra soin de cirer et d’entretenir ses chaussures. Les talons aiguilles illustrent la force et la fragilité, la dualité des femmes capables d’avancer même en marchant sur des œufs. Se percher sur des talons hauts permet de voir et d’être vue, c’est aussi un symbole de féminité et de sexualité dans une posture qui oblige notre corps à se cambrer. La chaussure pointue est le symbole de la combativité et de l’agressivité. Les cuissardes sont avant tout un objet de fantasme chez l’homme, car ce qui est caché est par essence excitant. Comme le dit, la sociologue Corine Lett, « de toute façon, les chaussures sont le reflet de la personne qui les porte et ce n’est pas un hasard si les femmes jaugent au premier coup d’œil un homme à la qualité de ses chaussures ».

 

Accessoire de mode et de séduction

Les diktats esthétiques qui pèsent sur le corps des femmes, taille, poids, poitrine, ventre, épargnent le pied, comme le fait remarquer Corine Lett dans son ouvrage. Il est l’un des rares endroits du corps féminin sur lequel les complexes ne peuvent pas se fixer. On peut donc suivre les tendances de la saison rien qu’avec ses chaussures. Pas besoin de se glisser dans un slim ou de se boudiner dans la robe du moment… La chaussure est non seulement un accessoire de mode, mais un objet de séduction à la portée de toutes les femmes. La chaussure peut se contempler à souhait. Pas besoin de miroir. Si c’est une arme de séduction, elle est avant tout tournée vers soi-même ; c’est avant tout pour se faire plaisir. Selon William Rossi, auteur de Érotisme du pied et de la chaussure, nous portons des chaussures surtout dans un but d’attraction sexuelle, consciente ou inconsciente. Et nous choisissons des styles particuliers adaptés aux messages sexuels que nous voulons exprimer. Alors, peut-être le pied est-il un symbole phallique et la chaussure un symbole yoni (génitalité féminine), comme le souligne Corine Lett dans son ouvrage. Mais que penser du fait que 70 % des femmes achètent leurs chaussures seules, tandis que 90 % des hommes seront accompagnés de leur épouse ?

 

A consuter

http://shooooes.blog.lemonde.fr

 

Références : article du Monde.fr juin 2012, « Escarpins ou baskets ? La chaussure révélatrice de personnalité ».