Tina, éthique et chic

e11

Animée par la volonté de rapprocher culture et humanitaire, Tina Blanche a créé Famous Art. Elle célèbre en 2017 les dix ans de son association qui, avec l’aide de généreux mécènes, mène de nombreuses actions en Afrique. « Nous sommes les mendiants du bonheur », dit-elle…
Sébastien Drouet

 

Le 8 juillet dernier, la place du Martroi a revêtu les atours d’un haut-lieu de la culture et de la mode : deux shows successifs ont réuni ce jour-là des intervenants bénévoles de divers horizons, street art, chorégraphie, haute couture, pour fêter en grandes pompes le dixième anniversaire de Famous Art. À la manœuvre : Tina Blanche, spécialiste du luxe, de la mode, des arts du spectacle, née au Cameroun, sur les rives de la Sanaga, en 1972, et qui a trouvé à Orléans, sur les bords de la Loire, un paysage en résonance avec sa propre histoire : « Orpheline de père, j’ai été élevée par ma grand-mère qui m’a appris les valeurs de la vie pour devenir ce que je suis. C’est un guide invisible, que je sens toujours près de moi… » Adolescente, Tina rejoint une tante en France, dans un hameau normand. Elle suit des études universitaires d’arts du spectacle à Caen puis monte à Paris dans les années 2000. Elle y reste sept ans, travaille dans le milieu de la mode, avant de sillonner l’Afrique pour des événements culturels. La région orléanaise devient un havre de paix après la perte de sa tante. Quelques années plus tard, elle crée Famous Art, lieu d’émergence artistique en même temps qu’association humanitaire. Son créneau ? La petite enfance africaine. « Je n’ai pas fait de maternelle au Cameroun, et là, inconsciemment, j’ai choisi d’aider les petits, confie Tina. Je connais la précarité infantile. »

1 500 enfants aidés

Cameroun, Gabon, Togo sont les trois pays où elle intervient. L’émotion à fleur de peau, le souvenir de sa grand-mère disparue toujours présent, Tina dresse la liste des actions conduites grâce aux dons de grandes entreprises (Air France, Société générale, Ibis) ou aux fonds recueillis lors des événements qu’elle organise : distribution de matériel didactique et de jeux éducatifs, réhabilitation des salles de classe, mais aussi bien-être de l’enfant, santé, goûter, habillement, soins du nouveau-né dans les maternités de brousse. En dix ans, ce sont 14 missions humanitaires qui ont été menées grâce au dévouement de 250 bénévoles ; plus de 1 500 enfants se sont ainsi vu distribuer près de 6 000 objets éducatifs. « En septembre, je pars effectuer la rentrée scolaire des petits dans le cadre de l’opération tables-bancs dans une école de Yaoundé, se réjouit Tina. À travers tout cela, je fais de belles rencontres humaines, je m’épanouis. » Et elle trouve son équilibre, Famous Art allant de l’un à l’autre, de l’humanitaire à l’artistique, permettant ainsi à de nouveaux talents d’émerger à travers les shows qu’elle concocte avec son équipe : « Le concept permet de montrer le travail de futurs designers des écoles de mode. Nous accompagnons les jeunes créateurs dans la présentation de leurs premières collections. »

Une prochaine manifestation artistique portant la griffe de Tina est dans les tuyaux. Elle aura lieu dans un site historique d’Orléans avant la fin de l’année. Son nom ? « Solidarité sous haute couture ». Un beau résumé de Famous Art !

https://famousart.jimdo.com/ – famousart07@yahoo.fr