Tours, bientôt première ville « baby friendly » !

E7

Et si les jeunes parents disposaient d’un repère pour connaître les établissements – les restos par exemple  – dans lesquels l’excellent accueil de Monsieur Bébé est 100 % garanti ? Dans ce but, un label, porté par les Ouvrières de la Reine, est en cours de création. Axel Besse

Tout est parti d’une discussion au sein des Ouvrières de la Reine, l’association aux petits soins pour les jeunes parents créée par Lauren Valverde il y a deux ans et présentée dans le n° 23 d’Edith magazine. Le thème : quelles sorties peut-on se permettre quand on a un petit bout de chou que l’on veut l’emmener avec soi ? Dans quels restos, par exemple, est-on sûr d’être bien accueilli, de trouver tables à langer, rehausseurs, coins jeux et autres équipements pour s’occuper du bébé ou du bambin ? Logiquement, puisque ces questions, et surtout leurs réponses, font partie du bien-être des jeunes parents, Lauren et ses Ouvrières se sont emparées de la problématique et, dans un premier temps, ont envoyé un questionnaire aux adhérents de l’association et aux personnes qui la suivent sur Facebook pour connaître leurs besoins. Mais il s’agissait de faire quelque chose de ces retours très instructifs. L’idée ? Créer un label « Tours baby friendly », qui se concrétiserait par un logo apposé par les lieux sur leurs vitrines, qui eux-mêmes seront référencés sur le site web des Ouvrières et sur leur page Facebook. « Ce label signifie : nous sommes dans la bienveillance en ce qui concerne l’accueil des jeunes parents avec des bébés, explique Lauren. Avec ce repère, les parents seront sûrs, en entrant dans les établissements, d’avoir ce qu’il faut à leur disposition. »

Cinés, musées… tous concernés !
Pour bénéficier de ce label (gratuit), il faudra disposer de place suffisante pour faire passer une poussette et la stationner, il faudra laisser à disposition des matériels divers comme nous l’avons exprimé plus haut, mais aussi, dans les restos toujours, il s’agira de s’organiser pour accélérer le service ! L’association se propose d’aider les lieux intéressés. « Nous voulons les accompagner, poursuit Lauren. Actuellement, nous rencontrons les restaurateurs de Tours pour connaître leurs limites et leurs besoins. Si nous arrivons à obtenir des aides, nous pourrons leur fournir le matériel, les aider à adapter leur environnement à l’accueil des parents et des tout-petits, jusqu’à 3 ans. » Des restaurants, donc, mais pas seulement : pourquoi ne pas imaginer des séances de cinéma spécialement destinées aux parents avec bébés ? Ou bien des visites de musée, le Louvre ayant déjà, de son côté, lancé des initiatives en ce sens ? « Notre but est de faciliter l’insertion sociale des jeunes parents, de lutter contre leur isolement, et de changer la perception souvent négative des autres clients sur les bébés : si leurs besoins sont respectés, il n’y a pas de raison qu’ils pleurent ! », assure Lauren, qui rappelle que les pays anglo-saxons sont particulièrement en avance sur ce plan-là.

Un beau projet en cours pour les Ouvrières de la Reine, qui, avec 150 adhérents, n’en finissent plus de faire parler d’elles et n’oublient pas les jeunes papas, invités, notamment, à partager leurs impressions lors des « a-pères-o » organisés chaque troisième mardi du mois au Kaa, tout près du local de l’association

2, place des Joulins à Tours
www.lesouvrieresdelareine.com