« Un challenge de tous les jours »

et2

Témoignage

Le 1er avril 2015, Cathia Villa, ancienne directrice du Comité départemental de Tourisme (CDT) d’Indre-et-Loire, lançait officiellement sa propre structure, « Les ânes de Balaam », une entreprise qui (notamment) organise des séjours itinérants à travers la campagne tourangelle en compagnie de gentils équidés. Une aventure entrepreneuriale qu’elle n’avait pas prévue, s’estimant « numéro deux » de nature. Mais voilà : il a bien fallu rebondir au terme d’un parcours atypique qui l’a conduite d’abord d’un bac scientifique à une école d’infirmières, avant de bifurquer vers le monde de la nuit : « Pendant dix ans, j’ai tenu, avec mon ex-mari, la discothèque Zoostation, à Rochecorbon. C’est à cette époque que j’ai appris toutes les techniques de communication. À 34 ans, j’en ai eu marre, j’ai tourné la page. » Les pages, même. Divorcée, avec trois enfants, Cathia passe une maîtrise en communication des organisations, puis entre en stage au CDT, y reste, devient responsable de communication, avant d’occuper le poste de responsable tout court de la structure, fin 2009. « Quelle ascension ! juge-t-elle aujourd’hui. Je suis comme ça, pour tout : je ne sais pas forcément faire, mais je veux bien essayer. » Et elle se donne les moyens de réussir. Elle reste au CDT donc, jusqu’à des remaniements, des changements d’équipe suite à d’autres changements (d’élus), qui signent son départ… et son retour à zéro, ou presque. « À 45 ans, je me suis demandé ce que j’allais faire. J’ai cherché des solutions, levé les barrières. » Elle part marcher pendant une semaine dans les Cévennes en compagnie d’un âne : c’est la révélation. « Cette activité m’a fait un bien énorme, avec des rencontres super. Je me suis rendu compte que ce dont j’avais besoin, c’était de prendre soin de l’autre. C’est un retour au métier d’infirmière et au management, avec une envie de transmettre à des particuliers, à des enfants de l’Aide sociale à l’Enfance. » Car Cathia, désormais spécialiste en médiation animale, intervient dans différents domaines, avec différents publics, pas uniquement des touristes donc, même si elle en accueille régulièrement chez elle, à Chambourg-sur-Indre, où elle dispose en outre de chambres d’hôtes et d’un restaurant. « Je me suis énormément formée depuis deux ans, mais heureusement que ma famille m’a suivie, et que j’ai la chance d’habiter dans un lieu qui se prête à cette activité. Cela dit, c’est un challenge de tous les jours. Je rêve de pouvoir embaucher quelqu’un, de travailler à deux…
en plus de mes ânes ! »

Infos
www.les-anes-de-balaam.fr