Une cure de propolis pour le printemps

e3

Tout comme le miel, la propolis est une alliée de notre santé. À la fin de l’hiver et juste avant les beaux jours, il est intéressant d’en faire une cure pour revigorer son organisme. M.K.

Pas besoin de courir à la pharmacie à la moindre baisse de régime. Il est vrai qu’à la sortie de l’hiver, le corps est bien endormi au point de manquer un peu d’énergie. Il est donc grand temps de faire un nettoyage de printemps. Heureusement, Dame Nature a inventé la propolis ! Exit vitamines et compléments alimentaires : pour se rebooster, on mise sur ce trésor de la ruche dont les mille et une vertus vous permettront de vous requinquer.

Secrets de fabrication

Il n’y a pas que le miel qui rend les abeilles si précieuses. Le pollen, la cire, la gelée royale et enfin la propolis sont aussi de formidables atouts pour notre santé. Cette dernière substance, qui empêche le développement des bactéries au sein de la ruche, est en effet reconnue pour ses propriétés antibactériennes et antiseptiques. Sa composition dépend bien sûr des végétaux colonisés par les abeilles, mais on y trouve généralement de la résine (des flavonoïdes notamment), des huiles essentielles, du pollen, des vitamines et des oligo-éléments.

Utile pour tout un tas de maux, la propolis est notamment indiquée dans les maladies des voies respiratoires ou ORL d’origines bactérienne, virale ou inflammatoire. C’est le cas, par exemple, des maux de gorge, des pharyngites, des sinusites, des otites, des rhinites, des angines, bref, de toutes les pathologies récurrentes qui menacent au début du printemps, notamment à cause du phénomène de pollinisation.

Posologie

Les personnes sensibles ont donc tout intérêt à faire une cure de propolis à la fin de l’hiver pour mieux lutter contre les changements de saison. Le traitement doit durer au minimum trois semaines et moins de trois mois. 

Il existe ainsi plusieurs façons de consommer de la propolis : en sirop, en gommes, en spray, en pastilles…

Mais chaque mode d’administration a sa posologie propre. Par exemple, la propolis pure en morceaux se mâche une ou deux fois par jour durant un mois. 

Les sprays s’utilisent en deux applications deux à trois fois par jour tant que la gêne persiste, et il faut prendre deux à quatre cuillères à café quotidiennement si l’on préfère la propolis en sirop. 

Quant aux gommes, la limite est fixée à huit par jour. Le mieux étant évidemment de demander conseil à un pharmacien ou à un spécialiste de la phytothérapie.

SOS coups de soleil

Alliée de notre système respiratoire, la propolis est aussi l’amie de notre peau. En cas de brûlure ou de coup de soleil, elle calme la douleur et favorise la cicatrisation. Ici, on utilisera plutôt de la teinture de propolis, un extrait très concentré obtenu à partir de la macération de cette résine végétale. 

On dilue alors quelques gouttes de cette préparation dans sa crème hydratante avant de l’appliquer sur la peau.

Enfin, idéale pour l’été, la propolis est aussi un anti-UV redoutable grâce aux flavonoïdes qu’elle contient. Rien de plus simple donc que de fabriquer sa propre crème solaire : on ajoute quelques gouttes de teinture dans un lait hydratant pour obtenir une lotion permettant de prévenir les coups de soleil.

Où trouver de la propolis ?

En général, on trouve facilement de la propolis sous toutes ses formes dans les pharmacies, notamment celles spécialisées en phytothérapie. Certaines boutiques bio et diététiques en proposent également.