Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Alexandre Moix monte les marches, pour Dewaere son héros

Alexandre Moix, l’auteur et réalisateur orléanais, vient de présenter son documentaire  « Patrick Dewaere mon Héros » au 75ème Festival de Cannes

Propos recueillis par Marie-Zélie Cupillard

Photo Dewaere 2 © 1979 Gaumont

La sélection pour le Festival de Cannes

« C’est la Graal pour tout réalisateur. Cannes transforme un simple film en rêve. J’ai été honoré, ému quand j’ai appris que le film était en sélection officielle. »

La montée des marches

« Tant de grands noms sont passés par là. Gravir cet escalier, c’est s’inscrire dans une histoire, dans un patrimoine. J’ai été fier de gravir ces marches aux côtés de Lola Dewaere et de Brigitte Fossey qui m’a dit que mon film est le plus beau documentaire qu’elle ait vue. je suis fier surtout d’avoir permis à Patrick Dewaere (qui a foulé ces marches plusieurs fois en espérant une récompense) de revenir même après sa mort. Cela permet de ne pas oublier cette icône du cinéma français et à toute une génération de le redécouvrir. Avec tous ces photographes, et ce tapis rouge qu’on foule, on se sent immensément heureux. ça rebooste l’estime de soi pour des années. Le Festival de Cannes récompense des oeuvres. Gravir les marches, c’est sentir en direct que notre film a plu, a touché, a ému. C’est très fort comme sensation. Je pense que c’est le sentiment que doit ressentir un chanteur su scène. Une immédiateté. Car faire un film est long (1 an de travail pour celui-ci). Et monter les marches, c’est recevoir en un instant la satisfaction que son oeuvre a plu. »

 

La projection : le film a été longuement ovationné. Dans une salle pleine. Avec un public fait d’anonymes et de gens très importants. C’est très émouvant de sentir palpiter la salle. de sentir monter une vraie émotion. Le public du festival est l’un des plus exigeant au monde. Et de savoir que tous ces gens sont là pour votre film, c’est vertigineux. Quand le film commence et que le Logo du Festival de Cannes avec sa palme s’affiche en grand sur l’écran avant le générique, c’est magique. Vous vous dîtes : mais comment j’en suis arrivé là? Dans cette salle? c’est là que j’ai réalisé et que je me suis dit : “mais en fait tu es à Cannes et ton film est projeté au Palais des Festivals! Et puis à la fin, les gens se lèvent, applaudissent… C’est comme un coeur qui bat. Les gens ont été bouleversé par l’histoire et les révélations de mon film. Beaucoup de jeunes entre 18 et 25 ans sont venus me voir pour me féliciter et me dire qu’ils allaient se ruer sur les films de Dewaere. Mission accomplie. Dewaere va survivre encore un moment.

 

Encadré

Ce documentaire retrace le parcours chaotique d’un homme meurtri par une enfance tragique. Enfant violé, déscolarisé par une mère qui lui ment sur ses origines et qui l’oblige à devenir acteur, adolescent en rupture avec sa famille et la société, Patrick Dewaere a connu un destin hors-norme où cinéma et drames personnels se confondent. Pour la première fois, sa fille Lola Dewaere (« Astrid et Raphaëlle ») raconte, avec émotion et pudeur, ce père disparu trop tôt. Elle révèle le vrai Patrick Dewaere et répond enfin aux questions qui entourent le mystère de sa mort.

(Visited 3 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.