Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Cafés Jeanne d’Arc : 5 générations successives

C’est en 1899 qu’Alfred Barthélémy, arrière-arrière-grand-père de Stéphane Girard, a fondé cet établissement novateur pour l’époque, dans la rue de la République alors en cours de percement. « C’était un pari risqué, déclare Lenka Girard, car la rue n’était pas achevée quand le magasin a ouvert. D’autre part, le café n’était pas un produit aussi courant qu’aujourd’hui. La torréfaction était visible par le public, ce qui a eu beaucoup de succès. Deux ans plus tard, Alfred Barthélémy a créé une autre boutique, rue Royale, puis deux autres, à Rouen et à Blois. » Pari risqué aussi, le fait de baptiser un magasin du nom de la Pucelle : « À l’époque, on donnait plutôt le nom de famille. Le logo, dès l’origine, même s’il a évolué, c’est l’image de la statue de la place du Martroi. Et l’ouverture date du 8 mai 1899, jour des fêtes de Jeanne d’Arc ! »

Depuis 119 ans donc, les Cafés Jeanne d’Arc sont conduits par la même famille. « Mon mari et moi avions envie de poursuivre cette belle histoire, ajoute Lenka. Nous avons repris l’entreprise quand mon beau-père a décidé de partir en retraite, en 2008-2009. »

Depuis Alfred, la société a encore pris de l’ampleur. Un troisième établissement, à la fois magasin et atelier, a vu le jour en 1987 faubourg Saint-Jean. Endroit qui actuellement subit des travaux de réaménagement, car il n’est pas question de se reposer sur ses lauriers. Sans compter que de nouveaux chapitres sont à écrire : « Nos enfants sont encore petits, et nous les laisserons libres, mais peut-être auront-ils envie de prendre notre suite ? On aimerait bien sûr que cela reste dans la famille… »

7, rue de la République

16, rue Royale

13bis rue du faubourg Saint-Jean

(Visited 219 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.