Le magazine féminin des Orléanaises (depuis 2010)

Céline Guérin : « Pouvoir être moi-même ! »

Selon le rapport Haeri, Internet va devenir incontournable dans l’exercice de la profession d’avocat. Partant de ce constat, Céline Guérin, inscrite au Barreau d’Orléans depuis avril dernier, a créé un service juridique en ligne destiné aux petites entreprises.

Son parcours

À la fin de son DESS en gestion juridique du contentieux des entreprises, obtenu à Orléans en 2001, Céline Guérin entre en stage au sein du groupe Nasse-Déméco (Saint-Jean-de-la-Ruelle), numéro un français du déménagement. Embauchée à l’issue, elle y restera 17 ans en tant que juriste. « J’ai dû faire ma place dans ce milieu d’hommes. Jeune et diplômée, j’ai été très testée. » Rapidement, dans le cadre de son travail qui l’envoie dans toutes les juridictions, sur tout le territoire national, elle remarque que les petites entreprises ont un problème avec l’accès au droit. « Il y a beaucoup de préjugés sur les avocats (chers, secteur compliqués), en même temps qu’un problème, réel, d’égalité devant les tarifs et de réactivité. »

Le déclic

« J’ai pris ces critères, j’ai pensé au web avec lequel je suis à l’aise, et j’ai commencé à affiner mon idée. » Un burn-out sévère, en 2017, va l’entraîner vers la fin de sa longue aventure avec le monde du déménagement. Devenue avocate, Céline s’accroche alors à son idée de site web. Il devrait être fonctionnel dès le 16 septembre, avec trois formules qui permettront au client de trouver différents services. Plus le stress de prendre contact avec un avocat, tout est indiqué sur le site : assistance au quotidien, analyse et rédaction d’actes, conseils juridiques en visio-conférence.

Les difficultés

Céline n’en a pas rencontré spécialement dans la création de cette activité novatrice : « Je m’étais imaginé quelque chose d’insurmontable, c’est l’inverse, c’est assez facile. » D’autant plus, ajoute-t-elle, qu’elle évolue sur son terrain. « Je ne pars pas dans l’inconnu ! »

Les aides

Un prêt familial l’a aidée à financer la création du site (20 000 €). Du côté des structures aidantes, notons deux rendez-vous avec le BGE 45, « qui m’ont confortée dans mon business plan ». Soutien aussi auprès de Pôle Emploi, qui l’a encouragée dans son initiative. « Il faut oser, déclare Céline à l’attention des femmes qui ont un projet. Il faut frapper aux portes, ne pas avoir peur d’être jugée. »  

www.mon-juriste-sur-mesure.fr,
mon-juriste-sur-mesure.com

Les +

• C’est un projet encouragé par l’ensemble de la famille (4 enfants de 6 à 12 ans)

• L’épanouissement : « À 42 ans, je vais pouvoir être moi-même. »

Les –

Il est trop tôt pour mettre en évidence des aspects négatifs. L’appréhension peut-être, Céline s’attendant à être observée de près…

Sébastien Drouet

(Visited 126 times, 1 visits today)
Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur whatsapp
error: Ce contenu est protégé par la propriété intellectuelle des rédacteurs et rédactrices d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'Edith Magazine.